Archive

Category Archives for "Enseigner la musique"

professeur de musique : tablettes et smartphones en enseignement musical

professeur de musique : enfants ipads

Vous êtes professeur de musique ou intervenant·e en Alsace, en Région Grand Est ou Franche-Comté.
Vous voulez élargir l'horizon de votre enseignement musical, de vos interventions en pratique ou éveil musical, décupler l'engagement de vos élèves et notamment des plus jeunes. 

C'est le moment de vous initier ou vous perfectionner sur ces nouveaux outils pédagogiques et créatifs. Très ludiques et tactiles, ils viendront renforcer vos cours d'instruments, de FM et d'éveil musical.

Vous pourrez ainsi rénover votre enseignement ou votre éducation musicale​ avec de nouvelles technologies et pédagogies.

Voici un stage-type que j​'anime couramment pour les professeurs de musique depuis quelques années en partenariat avec l'Ariam IDF et l'Adiam 67. On peut bien évidemment l'adapter aux besoins de votre structure et de votre réseau d'enseignants et d'intervenants.

Le format de ce stage est en blended learning, donc en partie à distance et en présentiel. Ceci permet de réduire les temps où vous êtes mobilisés tous ensemble. Ainsi votre planning de cours ne sera que très faiblement impacté.

Nous connaissons tous la réalité du planning d'un professeur de musique. Voilà pourquoi ce stage s'adapte au mieux avec cette réalité de terrain.

Utiliser les tablettes et les smartphones
 en enseignement et en éducation musicale

professeur de musique : ipads et smartphones
  • Stage de formation professionnelle continue - ​prise en charge possible dans le cadre réglementaire​​​ (employeur, Opcos).
  • Participants : 
    Professeurs de musique - FM, éveil musical, ​instrument, chant, musiciens intervenants en milieu scolaire.

  • Objectifs :
    Utiliser les tablettes et les smartphones dans différents contextes pédagogiques (éveil musical et sonore, FM, cours d'instruments, ateliers de pratiques collectives).


  • Intervenant : Bruno de Chénerilles.

  • Dates/horaires : 
    16h en tout : 4h à distance chez vous, en ligne + 2 journées présentielles : dates ​à définir avec vous
  • Lieu : à convenir avec vous.
 Les journées présentielles peuvent se dérouler dans votre école de musique.

​Si vous êtes professeur de musique et intéressé·e par l'organisation d'une formation de ce type dans votre école de musique ou tout autre projet de formation, individuel ou collectif, même dans une autre région que Grand-Est, n'hésitez pas à contacter Bruno de Chénerilles pour en parler : ​contact@audioformations.org

Faites-nous part de vos projets en matière de nouvelles technologies au service du professeur de musique. Nous sommes intéressés par toute forme d'échange, partage et collaboration en la matière. Nous pouvons vous aider à construire votre projet.

Vous pouvez aussi consulter ci-dessous le projet-pilote Une Ecole de Musique au 21ème siècle -2018/21 - ​En partenariat avec les professeurs de musique de l'Ecole de Musique de Koenigshoffen à Strasbourg​​​

Projets et réflexions 

​Audio Formations pour le professeur de musique

Audio Formations est un organisme de formation professionnelle, répertorié au Data Dock. Il est habilité à effectuer des formations dans le cadre réglementaire de la formation professionnelle.

Nos formations en techniques audio et numériques sont destinées en priorité aux musiciens, professeurs de musique et musiciens-intervenants.

Bruno de Chénerilles en est le formateur principal.

Bruno de Chénerilles

​Bruno de Chénerilles

​Formateur-expert en nouvelles technologies de la musique et du son. Compositeur, performeur, producteur musical depuis plus de 40 ans.
Il enseigne à l'université et en formation continue depuis plus de 30 ans.

Directeur et Fondateur d'Audio Formations depuis 2004.
Responsable du blog Plan Sonore depuis 2017.

A lire aussi


[Fonofone] musique electroacoustique en éducation musicale

Fonofone musique electroacoustique

Une application formidable pour jouer avec les sons !
Fonofone est le résultat de plusieurs années de recherche du compositeur Yves Daoust et de son équipe du Cosimu à Montréal. Une ouverture de plein-pied dans la musique électroacoustique pour une pédagogie musicale ouverte à tous et facile à mettre en oeuvre.
Cet outil exceptionnel est déjà utilisé ​dans des ateliers et des projets ​pédagogiques dans les écoles canadiennes.

​Plutôt qu'un long texte de présentation, je vous propose de visionner ​plusieurs vidéos de présentation qui vous permettront de percevoir immédiatement tout le potentiel pédagogique de cette appli pour ipad.

​L'équipe du Cosimu et les enfants vous présentent eux-même ​fonofone et son guide pédagogique maestro :

​Musique electroacoustique en labo et en concert

Décidément, les universités montréalaises sont vraiment à la pointe de la recherche et de la pratique en éducation musicale.

J'avais déjà pu le constater il y a quelques années lors d'un voyage à Montréal, qui m'avait permis de présenter mes propres expérimentations en la matière, dans un colloque et des master classes dans les départements de musique électroacoustique des différentes universités (Uquam, McGill, Concordia, U. de Montréal).

Une grande particularité de ​l'appli est de proposer de jouer en ​live la musique électroacoustique, alors que celle-ci est beaucoup plus souvent une musique de studio.

Il faut y voir là une fusion en quelque sorte, de 2 tendances : le live electronics très présent en Amérique du Nord, mais aussi celle plus élitiste de la tradition boulezienne des pièces pour instruments et électronique.

​Pour en savoir plus sur le Fonofone, connectez-vous directement au site web : https://fonofone.org/

fonofone-musique-electroacoustique

​C'est l’organisme Cosimu qui a pour mission d’initier les jeunes à la création musicale grâce au FonoFone, ​l'application de musique electroacoustique pour la tablette iPad, développée par Alexandre Burton et Yves Daoust.

​Cet organisme est très actif au Canada et propose notamment des ateliers de musique electroacoustique sur Fonofone clé en main et des formations aux enseignants des écoles à Montréal et à Québec.

Strasbourg - ​Electro sur ipads  à l'école

Si vous êtes professeur de musique, musicien-intervenant ou enseignant, intéressé par la musique électroacoustique, vous pouvez me contacter.

Audio Formations vous propose régulièrement des formations à Strasbourg, ainsi qu'en formation à distance pour vous initier aux nouvelles technologies en éducation musicale : bruno@plansonore.fr

Stage : Utiliser tablettes et smartphones en enseignement musical - Voir les prochaines sessions de formation - en Région Grand-Est - + info : 
https://plansonore.fr/formation-utiliser-tablettes-et-smartphones-en-enseignement-musical/

A lire aussi


Eveil musical – Pourquoi apprendre à écouter ?

eveil musical écoute en face de chez nous à New Smyrna Beach

Depuis plus de 10 ans, je suis persuadé que l’écoute est primordiale dans l’éveil musical et l’apprentissage de la musique. Au fond c’est la chose la plus importante que je puisse transmettre dans mon enseignement et mes interventions pédagogiques en éveil musical. Elle est aussi depuis toujours au coeur de ma pratique de musicien et de compositeur électroacoustique.

Retour Dossier Enseigner la musique


Dans mes ateliers d’éveil musical, je commence toujours par poser la même question aux enfants :

Quelle est selon vous la chose la plus importante à savoir faire pour un musicien ?

Et immanquablement, les réponses sont toutes liées au jeu instrumental, à la lecture et à l’écriture des notes, à faire de la musique, produire des sons. Et c’est bien normal.

Mais la réponse à cette question est bien sûr que la chose la plus importante à savoir faire pour un musicien, c’est savoir écouter.

Et pourtant c’est probablement la dernière chose qu’on enseigne dans les conservatoires et les écoles de musique. Dans ces institutions où l’éveil musical est assez souvent dénigré, les élèves finissent par développer leur faculté d’entendre et d’écouter à force de travailler le solfège, leur instrument et l’harmonie.

C’est donc bien la dernière roue du carrosse, puisque c’est à force de faire qu’on finit au bout du compte par savoir écouter. Mais jamais on ne leur apprend à écouter, alors que c’est par çà qu’il faudrait commencer !

On éviterait ainsi bien des souffrances, bien des échecs au plus grand nombre. Car la valeur de l’acte musical ne réside pas dans les prouesses techniques, mais dans l’écoute et le partage, dans l’émotion, le respect et l’amour des sons, qui ne peuvent être transmis que dans des situations organisées et maîtrisées d’éveil musical.

eveil musical par l'apprentissage de l'écoute

Quelle est selon vous la chose la plus importante à savoir faire pour tout un chacun ?

Car c’est bien là que je voulais arriver : la réponse à cette nouvelle question élargie à notre vie globale est exactement la même. Savoir écouter !
Les paroles des autres, les sons autour de nous, de la ville, de la nature, des animaux et bien sûr au bout du compte les sons offerts par les musiciens. Pour le plaisir d’entendre et de comprendre.

Car l’écoute au quotidien, c’est l’empathie avec les autres, avec le monde. Et quand on parle du plaisir et du pouvoir des sons, c’est de cela qu’il s’agit.

5 manières de mieux écouter

Et là je me dois de vous présenter quelqu’un d’important, de rare qui parle de l’écoute et du son avec limpidité et qui pointe remarquablement et simplement ces enjeux pour notre siècle : Julian Treasure.

Ce Master of Sound, ce gourou du son s’est donné pour mission de faire comprendre l’importance du son, de l’écoute dans la marche du monde. Et c’est un grand pratiquant et un partisan enthousiaste de l’éveil musical. Voici une de ses interventions aux conférences TED à Edinburgh, Scotland – 2011

Pour en savoir plus sur Julian  http://www.juliantreasure.com

Pour finir et pour illustrer ces propos, je vous propose un petit bonus. J’ai réalisé ce paysage sonore il y a 2 ans lorsque j’étais en résidence à l’Atlantic Center for the Arts à New Smyrna Beach, Florida (voir la photo en tête de l’article).

Prenez le temps, vos meilleurs haut-parleurs ou écouteurs, posez vous confortablement au calme et déconnectez tout, les yeux fermés pour un voyage sonore subtropical de 15 mn.

Une journée à New Smyrna Beach

Une journée à New Smyrna Beach, Florida – un paysage sonore de Bruno de Chénerilles – 15mn – Mars/Avril 2015
Production : Atlantic Center for the Arts / Audiorama – avec le soutien de l’Institut Français et de la Ville de Strasbourg

Le matin, les oiseaux et des voitures autour de la Harris House, puis l’air conditionné et un ventilateur. Dehors, clapotis au bord de la lagune de l’Indian River. Pour finir, la nuit, buzzes d’insectes et de lampe à sodium au campus de l’ACA près de l’aéroport.

Dans ce paysage sonore, je n’ai presque pas transformé les sons enregistrés mais je propose des points d’écoute subjectifs en inversant souvent la présence sonore des humains, des véhicules et de la nature. Les oiseaux et les insectes sont au devant de la scène, même trop forts pour être vrais.

La climatisation envahit l’écoute. Les voitures et les avions passent bruyamment en traversant l’espace stéréo. Mais les êtres humains ont quant à eux une présence très discrète, ils marchent et parlent très rarement et toujours au fond de la scène. A la fin une étrange mutation de bourdonnements a lieu entre les insectes, certains très bizarres, un lampadaire au sodium et le moteur d’un avion.


Pour en savoir plus sur l’écoute et l’éveil musical

Vous pouvez lire également mes 2 articles sur ce blog :

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux. Pour rester informé(e), inscrivez-vous ci-dessous et profitez de ce petit cadeau :

A lire aussi

professeur de musique : tablettes et smartphones en enseignement musical
[Fonofone] musique electroacoustique en éducation musicale
Ecoute active au coeur de la pratique musicale


Retour Dossier Education musicale
Retour Accueil

Ecoute active au coeur de la pratique musicale

ecoute active


L’initiation à une écoute active est la base même du travail d’éveil musical pour les enfants mais aussi pour tous les musiciens-débutants. Différentes situations, parcours, protocoles d’écoute, permettent aux débutants d’entendre, de reconnaître et d’analyser les paramètres du son.

Retour Dossier Enseigner la musique

Mais en fin de compte qu’est ce que l’écoute musicale ?

On peut commencer par créer une situation d’écoute très simple : écouter les sons environnants dans la pièce pendant une minute. Dans un travail de groupe, la première tentative n’est généralement pas un franc succès :

Les débutants produisent un bruit de fond en bougeant, bavardant, jouant avec des objets et les premiers commentaires se bornent à décrire l’origine des sons entendus.

Mais il ne faut pas rejeter cette première expérience d’écoute active qui a le mérite de poser les problèmes fondamentaux liés à l’écoute. Au contraire, on la valorisera car elle va nous permettre de préciser les consignes d’écoute initiales et d’introduire une autre forme d’écoute et d’analyse des sons.

Qu’est ce que le silence ?

Si les participants produisent eux même des bruits, ils ne peuvent écouter les sons qui pourraient être cachés derrière. Ce constat permet de poser par l’expérience l’importance du silence et de sa qualité.

Considérer certains bruits comme parasitant l’écoute des sons environnants amène à hiérarchiser les sons en fonction d’une intention d’écoute et à révéler déjà un des paramètres du son : l’intensité. Les sons sont plus ou moins forts et les plus forts peuvent cacher les plus faibles.

Le débutant pourra percevoir concrètement la relation entre les sons et le silence : une accumulation de sons même faibles en intensité produit un bruit de fond. Le silence qui n’est pas l’absence de sons, mais plutôt une faible présence de ce bruit de fond, crée une situation favorable à l’écoute.

Notre protocole d’écoute active devient donc plus précis : faire le silence pour écouter les sons environnants pendant une minute.

Dans cette proposition pédagogique réside l’acte fondateur de toute pratique musicale, l’intention d’écoute : nous désirons écouter des sons.

Pour combler ce désir et réaliser cette intention, il nous faut un silence de qualité qui n’existe pas en soi. Il nous faut donc le créer nous même (faire le silence).

Qu’est ce que l’écoute naturelle ?

ecoute active

Les premiers commentaires d’écoute active des débutants consistent à décrire l’origine des sons: untel a toussé, une telle a fait grincer sa chaise, une voiture a klaxonné dans la rue, un avion est passé … Rien de vraiment surprenant.

C’est la « tendance prioritaire et primitive à se servir du son pour se renseigner sur l’événement. » – Pierre Schaeffer, 1966

Cette écoute active, qualifiée également par Pierre Schaeffer de causale ou encore de banale s’exprime dans les commentaires des participants qui sont des réponses aux questions sous-jacentes : Qu’est ce que c’est ? Qui est ce ? Que se passe-t-il ?

Qu’est ce que l’écoute sémantique ou culturelle ?

ecoute active

C’est une autre forme d’écoute pratiquée au quotidien par tout le monde sans le savoir (un peu comme Monsieur Jourdain avec la prose) et tout particulièrement à l’école ou en formation : elle se détourne de l’événement sonore … pour viser à travers lui un message, une signification, des valeurs.

Elle est à l’oeuvre quotidiennement, principalement dès lors qu’intervient le langage. Au téléphone, par exemple on écoute ce que notre correspondant nous raconte.

Ces deux formes d’écoute nous sont très utiles et même nécessaires, mais elles ne répondent pas totalement à notre intention d’écoute, elles ne comblent pas vraiment notre désir d’écoute. Les écoutes causale et sémantique nous permettent seulement de situer, de reconnaître les sons entendus, de comprendre des messages: elles sont fonctionnelles.

Mais comment expliquer alors le plaisir qu’on peut ressentir à l’écoute active de certains sons même très quotidiens ? Pourquoi désirons nous écouter la musique ?

Notre intention d’écoute est dans ce cas différente : nous désirons écouter les sons pour le plaisir sensuel qu’ils nous procurent et cette intention peut nous conduire à nous poser d’autres questions : comment ce son se présente-t-il ? Est-il fort ou faible, long ou court, grave ou aïgu, lisse ou granuleux, etc …. ?

Qu’est ce que l’écoute réduite ?

Dans son Traité des Objets Musicaux, Pierre Schaeffer nomma ainsi cette autre forme d’écoute.  Elle est pour lui l’écoute musicale par excellence, celle qui vient d’une nouvelle intention d’écoute. L’écoute réduite est l’attitude d’écoute active qui consiste à écouter le son pour lui même, comme objet sonore en faisant abstraction de sa provenance réelle ou supposée, et du sens dont il est porteur…

« L’écoute réduite est ainsi nommée … parce qu’elle consiste en quelque sorte à dépouiller la perception du son de tout ce qui n’est  » pas lui  » pour ne plus écouter que celui-ci, dans sa matérialité, sa substance, ses dimensions sensibles… » – Michel Chion, 1982

Cette expérience d’écoute réduite va permettre au musicien débutant d’accéder très simplement et progressivement par l’expérience aux notions déjà très musicales de durée, enveloppe, intensité, timbre, hauteur, distance, présence dans l’espace …

ecoute active

Si on enregistre un son à l’aide d’un bon enregistreur portable et si immédiatement après on le réécoute sur deux haut-parleurs de bonne qualité, on va pouvoir affiner son analyse.

Mais on va pouvoir aussi pratiquer l’écoute réduite d’autant plus facilement qu’on se trouve placé en situation acousmatique, face à deux haut-parleurs qui nous renvoient en temps différé une image sonore des sons entendus précédemment en temps réel.

Que signifie le terme acousmatique ?

C’est un adjectif qui se dit d’un son que l’on entend sans voir les causes dont il provient. Ce terme désignait aussi en grec une secte de disciples de Pythagore, les acousmates qui suivaient, dit-on, un enseignement où le Maître leur parlait en se cachant derrière une tenture. Ceci afin d’éviter de distraire leur attention par la vision de son apparence corporelle.

ecoute active

Lorsque nous écoutons de la musique enregistrée sur des haut-parleurs ou au casque, nous sommes en situation d’écoute acousmatique.

Qu’est ce que l’écoute active ?

L’écoute active est un concept développé à partir des travaux du psychologue américain Carl Rogers. Elle est également nommée écoute bienveillante. Initialement conçue pour l’accompagnement de l’expression des émotions, elle est opérationnelle dans les situations de face-à-face où le professionnel écoute activement l’autre. Elle consiste à mettre en mots les émotions et sentiments exprimés de manière tacite ou implicite par l’interlocuteur. L’écoute active est plus fine que la reformulation en ce qu’elle ne se limite pas à dire autrement ce qu’une personne vient d’exprimer, mais de décoder la dimension affective généralement non verbalisée.

Wikipédia

Par extension, nous avons employé ce terme d’écoute active dans un autre contexte, celui de l’écoute des sons et de la musique. C’est donc une manière de l’étendre aussi au monde sonore, à tous les sons, et non plus seulement à la communication orale que Carl Rogers étudiait au départ.

On rejoindra ainsi une des idées fondamentales du compositeur américain John Cage. Il considérait, en substance, que les sons sont des êtres vivants, qu’ils sont nos amis. Nous les aimons, nous les écoutons avec bienveillance. Il en faisait en quelque sorte le fondement humaniste de la musique.

Bruno de Chénerilles – extrait d’une communication aux Journées Francophones de Recherche en Education Musicale – Ottawa, 2009

Pour aller plus loin, lisez mes deux articles sur le blog :

A lire aussi

professeur de musique : tablettes et smartphones en enseignement musical
[Fonofone] musique electroacoustique en éducation musicale
Eveil musical – Pourquoi apprendre à écouter ?


Retour Dossier Education musicale
Retour Accueil