Sébastien Chauveau, non-voyant dans les métiers de l’audio

Sebastien Chauveau, journaliste audio et non-voyant

.

Sébastien Chauveau a été primé dans la catégorie pro des Prix du Podcast – Strasbourg 2021. Bruno de Chénerilles s’entretient avec lui. Il est journaliste radio, podcasteur, non-voyant et raconte son parcours professionnel, de la réalisation audio au journalisme radio, en passant par le podcast audio.

Ecoutez son podcast gagnant :

Vous pouvez aussi écouter cet interview en podcast :

·

Son parcours, ses activités professionnelles en audio, en podcast

Sébastien Chauveau : J’ai fait l’université en fac de droit et puis ensuite je me suis formé au journalisme. J’écrivais déjà des articles pour la presse locale et je me suis dit que c’était sympa ce métier. Ce serait sûrement moins long que des études de droit, donc je me suis lancé dans le métier de journaliste. Je me suis formé au CFPJ, le Centre de Perfectionnement et de Formation des Journalistes.

Au départ, j’ai fait beaucoup de presse écrite ou internet et quand je me suis rendu compte que la presse écrite commençait à battre de l’aile, il y a déjà une petite dizaine d’années, je me suis dirigé vers l’audio, via le podcast.

J’ai d’abord monté une web-radio.Elle n’a pas très bien fonctionné parce que c’était un peu précurseur comme domaine. Et puis je me suis formé avec un technicien du son en ligne, Étienne Tremblay de la Machine à Mixer et ça m’a permis d’acquérir de super bonnes bases et un bon bagage technique et puis bon an, mal an, j’ai fait mon chemin dans l’audio.

Ensuite, j’ai été chroniqueur pour Fréquence Ter durant plusieurs années. J’y ai eu plusieurs chroniques. Et puis j’ai fait des podcasts. Il y a 3 ans à peu près, je me suis vraiment destiné qu’à cela. Aujourd’hui je fais du podcast de marque pour les entreprises, pour les institutions.

Depuis 5-6 ans, je produis pour un diffuseur de programmes pour les radios locales privées en France, CMCF (Créations Maurice Clément Faivre). Je produis des programmes de sport, santé ou environnement qui sont diffusés sur une vingtaine de radios locales privées. Par exemple, une série de 20 documentaires qui s’appelle Autour de la Terre.

Toutes ces émissions sont d’abord des émissions de radio. Mais une fois que mon diffuseur a joué de son exclusivité, je les mets en ligne en podcast sur toutes les plateformes.

Le podcast La Grande Bleue par Sebastien Chauveau, journaliste audio et  non-voyant

Les difficultés des non-voyants en réalisation audio

SC : je dirais qu’il n’y a pas vraiment de difficulté pour le montage et le mixage, parce qu’on a accès à des logiciels qui nous sont plutôt assez accessibles. Le plus gros souci qu’on peut rencontrer ce sont les captations sur le terrain.

Personnellement, les déplacements ne me font pas peur. Parallèlement à mes activités professionnelles, je suis un grand sportif, donc je suis dynamique et je vais aisément sur le terrain. Mais quand on doit aller faire des captations de type micro-trottoir, quand on doit couvrir des événements, ça peut parfois être un peu plus compliqué.

Par exemple les manifestations. Moi, j’y vais. Mais il faut faire attention quand on est non-voyant. Il faut éviter d’aller au front, donc je vais sur les côtés et à l’arrière. Quand je fais des micros-trottoir, j’utilise 2 micros. En effet, pour nous c’est difficile de mettre le micro juste sur le visage de la personne.

Il y a des petites adaptations comme ça. Mais elles ne me posent pas vraiment de problèmes. Evidemment, je n’irai pas sur un théâtre de guerre, ça c’est clair. Mais on peut globalement tout faire en captation en prenant quelques précautions, en étant vigilant sur le terrain. Notons aussi que dans les déplacements, on est très dépendants des transports en commun.

Un véritable problème pour nous les non-voyants, c’est l’utilisation des enregistreurs d’aujourd’hui. Ils sont de plus en tactiles et pour nous, non-voyants, pas faciles à utiliser.

Les non-voyants, l’informatique et les logiciels audio

SC : La technologie nous a beaucoup aidé dans ce domaine. On a le choix comme Monsieur tout le monde entre Windows, Mac et Linux. Du côté des logiciels, c’est un peu l’inverse des enregistreurs, en quelque sorte. Tous ne nous sont pas accessibles évidemment, mais on dispose quand même largement de quoi faire pour travailler.

Il y a 3 logiciels qui sortent du lot en matière d’accessibilité :

  • Audacity : l’incontournable pour faire du montage amateur, pour se faire plaisir, pour découvrir. D’ailleurs j’ai commencé par ça.
  • Reaper : du côté professionnel, on peut sans problème travailler aussi bien qu’un voyant sur Reaper pour Windows ou sur Mac.
  • Logic Pro : côté Mac

Une fois qu’on a installé les extensions qui permettent d’utiliser son lecteur d’écran, on a parfaitement parfaitement accès à tout dans le logiciel. On peut très bien travailler, utiliser les plugins intégrés. Pour ma part, j’utilise aussi les plugins Waves et iZotope qui sont aussi parfaitement accessibles.

A part la correction spectrale, les égaliseurs graphiques, où il faut un petit peu s’arracher les cheveux. Mais pour le reste c’est parfaitement accessible. Il n’y a pas vraiment de soucis. Mais il y a quand même des logiciels qui ne sont pas accessibles pour nous : comme Adobe Audition, Cubase ou Protools.

Le podcast Question de santé par Sebastien Chauveau,  journaliste audio et  non-voyant

La réalisation de podcasts et les déficients visuels

SC : Je pense qu’il n’y a là pas plus d’intérêt pour les déficients visuels que pour les voyants. L’audio est juste plus accessible techniquement pour un déficient visuel que de faire de la vidéo, puisqu’il n’y a pas d’images. Bien que, personnellement, je fais de la vidéo, même du son à l’image, ce qui est un peu plus technique. Mais pour qui ne voit pas, c’est plus simple effectivement sur le plan technique de faire un podcast.

Après se pose la question sur le plan éditorial. Là je dirais que il n’y a pas vraiment d’intérêt supplémentaire. Le podcast a son intérêt pour tout le monde.

L’intérêt de faire du podcast, c’est déjà et surtout sa facilité de consommation. Les podcasts s’écoutent partout, tout le temps, facilement et sans être collé à un écran. On peut faire sa cuisine, son sport : on peut tout faire en même temps. C’est le principal intérêt du podcast. C’est cool dans les transports… Donc l’écoute est très facile et elle demande moins de consommation de data que de regarder une vidéo.

Donc, l’audio c’est beaucoup plus simple pour les non-voyants, comme pour les voyants. Et puis aussi la qualité du message : on n’est pas trahi par l’image. Le podcast parle directement à l’oreille de son auditeur, donc le message y est nettement plus captif qu’en vidéo.

En réalisation vidéo, on a tendance à se focaliser sur l’image et s’occuper de la bande-son ensuite. On met le son, le commentaire sur l’image. Alors qu’il faudrait presque faire l’inverse, si vous voulez délivrer un message clair. Mais seulement les gens de l’image pensent d’abord à l’image. A force qu’on leur tire les oreilles en leur disant que le son doit être bon, maintenant ils commencent à s’y intéresser.

Le message du podcast est beaucoup plus captif. Les grandes marques comme Hermès et comme beaucoup d’autres se sont mises au podcast. Elles ont bien compris le message. L’auditeur de podcasts est plus fidèle que celui qui regarde des vidéos. Le podcast c’est un ton, c’est une histoire…

Après, le problème aujourd’hui est que trop de podcasts peut tuer le podcast. Actuellement, Il y a une vraie frénésie du podcast. Il y en a pour tout et pour n’importe quoi. Alors peut-être que le non-voyant aurait un avantage pour bien choisir son podcast. Comme intrinsèquement, il sait mieux entendre, il devrait pouvoir faire la différence de ce qui est intéressant à entendre ou pas.

Et puis évidemment il va sans dire que, non-voyant ou pas, le podcast, le bon podcast passe par la qualité du son.

Le podcast Atouts Sport par Sebastien Chauveau, journaliste audio et non-voyant

Les déficients visuels et la communication orale

SC : Aujourd’hui, les déficients visuels ne la privilégient plus. Non, ce serait réduire le non-voyant à ce qu’il était il y a 20 ans ou même 50 ans peut-être. L’accès littéraire était plus compliqué qu’aujourd’hui. Aujourd’hui ,un non voyant est comme Monsieur tout le monde, il lit et écrit comme Monsieur tout le monde. Aujourd’hui, tous les non-voyants savent envoyer des SMS, aller sur les réseaux sociaux. Leurs lecteurs d’écran leur décrivent les photos. On sait faire tout çà.

Heureusement qu’on ne passe pas que par la communication orale. Non, il n’y a pas vraiment de différence aujourd’hui qu’on soit voyant ou pas. Il n’y a pas une préférence. Par exemple pour ce qui m’occupe, je lis autant que j’écoute.

Aujourd’hui, bon nombre de non-voyants sont capables de tout en informatique et en technologie dans tous les sens du terme. Je pense qu’ils font souvent 1000 fois plus de choses que les voyants avec leurs outils. En effet, c’est notre support privilégié.

Il faut que les voyants arrêtent d’avoir des préjugés, des idées préconçues. Car, même si aujourd’hui énormément de chemin a été fait, il en reste quand même encore beaucoup à faire. Oui, on est plus autonome que jamais, on sait utiliser le GPS, on est hyper-technophiles que ce soit pour le travail de l’audio, que ce soit pour se déplacer.

Voilà pourquoi l’accès à l’emploi pour nous devrait être plus facile. En effet, c’est une hérésie que les entreprises, pour beaucoup encore, contournent la loi. Et on ne les sanctionne pas assez. De ce côté-là, elles préfèrent payer les amendes, mais il faudrait que ce soit beaucoup plus dur comme système, beaucoup plus rigide.

J’entends bien que les non-voyants ne peuvent pas conduire un semi-remorque, mais aujourd’hui tous les non-voyants ou une grande partie d’entre eux, sont capables de faire de la bureautique. Ils sont capables de faire plein de choses. Il n’y a pas de raison pour qu’ils ne soient pas dans les entreprises.

Dans les radios par exemple, il y a quelques années les non-voyants avaient pleinement accès au travail radio. Aujourd’hui c’est devenu presque impossible : toutes les tables de mixage sont tactiles, les logiciels d’automation sont inaccessibles avec un lecteur d’écran. Certes on peut présenter le journal avec son terminal Braille, mais la plupart des applications audio en radio ne sont pas accessibles aux lecteurs d’écran, les prompteurs non plus.

C’est un comble dans un milieu où on pourrait penser que c’est le son le plus important, que les non-voyants ne puissent pas y avoir accès. C’est une hérésie totale.

Et pourtant technologiquement, ça pourrait être sans problème et je dirais même un plus. On devrait avoir des non-voyants dans toutes les rédactions, là où il y a du son, parce qu’on pourrait apporter techniquement beaucoup.

Moi, je ne rentre jamais avec une captation saturée. Dans les milieux du son, Il y aurait tout intérêt à faire appel à des non-voyants. On est capable d’entendre très facilement des souffles, des défauts, il y a plein de choses qu’on peut entendre.

Par exemple, la télévision : je me demande parfois qui travaille le son à la télé. C’est horrible : le téléspectateur pourrait passer son temps à monter le son, à le baisser, à le remonter … On a quand même des plugins qui vont bien pour remédier à tout ça. Mais moi, je veux bien leur vendre mes oreilles de non-voyant.

Bruno de Chénerilles : Exact ! C’est ce que je dis toujours à mes élèves : la télévision vous pouvez très bien l’écouter sans image. Dans les trois quarts des émissions, l’image est vraiment peu importante pour la compréhension. Dans toutes les émissions grand public, on peut très bien suivre l’émission en coupant l’image. Il n’y a souvent pas grand-chose à voir, c’est du décor, mais rien au niveau du sens.

Je me souviens très bien il y a très longtemps avoir écouté des films de Jean-Luc Godard qui travaillait beaucoup le son et de les écouter comme une bande-son. Je suis retourné voir deux ou trois fois le même film pour l’écouter, en fermant les yeux et c’était absolument fantastique.

Sébastien Chauveau : Vous avez raison de souligner le cinéma, parce qu’il faut relativiser. Autant très souvent en radio et en TV, le son est minable, en revanche au cinéma il y a du bon son : il y a de quoi se régaler avec le sound design, un vrai travail du son. Ecoutez le son au cinéma car il y a là beaucoup à apprendre. C’est souvent un vrai bonheur !

Dans le podcast, je parle du bon podcast, on est presque obligé de faire du bon son pour raconter de belles choses et là ça peut être un avantage d’être non-voyant ou déficient visuel.

Les podcasts de Sébastien Chauveau

La Grande Bleue, Atout Sport, Question de santé sont sur toutes les plateformes de podcast.
Sa page Facebook : Sébastien Chauveau Production
Sa newscast : une newsletter audio qui annonce ses nouvelles diffusions.

Retour Accueil