Archive

Category Archives for "logiciel audio"

Quels formats pour vos fichiers media ?

fichiers media

.

Comment s’y retrouver dans tous ces fichiers media que nous sommes bien obligés de manipuler tous les jours ? C’est la jungle ? Et que signifient tous ces suffixes ? Pas si compliqué que çà, vous allez voir. Audio, vidéo, image, pour chaque usage choisissez le format de fichier le plus standard, celui que tout le monde pourra lire.

En effet, les fichiers media servent en premier lieu à communiquer. Vous les envoyez à vos correspondants, à votre imprimerie, vous les mettez en ligne sur votre site, sur vos réseaux numériques, vos réseaux sociaux.

Ils doivent être de bonne qualité et à une définition appropriée au mode de diffusion que vous envisagez. Aussi, dans la plupart des cas, on sera amené à utiliser plusieurs formats pour une même image, un même son, une même vidéo.

Vous pouvez écouter cet article :

Comment reconnaître le format d’un fichier ?

La première indication est le suffixe du fichier qui commence toujours pas un point : .aif, .mp3 … Il va nous permettre de reconnaître la nature du fichier : son, vidéo ou image fixe.

Dans un deuxième temps, on pourra faire clic droit sur le fichier (windows) ou cmd+i (mac) pour avoir plus de précisions, quant à son poids (sa taille) et à son format (sa définition ou leurs dimensions pour les images)

Plus le fichier media sera de bonne qualité, plus il sera lourd. Sur internet, les fichiers très lourds ont du mal à être lus correctement. Voilà pourquoi on utilise en général des formats compressés qui sont plus légers et donc plus faciles à lire à distance.

On fera donc toujours un compromis entre qualité et portabilité, pour ainsi dire. Seules les conditions professionnelles de diffusion ne souffrent guère la compression : cinéma, télévision, pressage cd ou vinyle, diffusion en salle, l’imprimerie …

Les fichiers Audio

fichier audio - forme d'onde

Les fichiers son sont utilisés – écoutés – par tout le monde, mais ce sont les musiciens, les producteurs, les podcasteurs qui les manipulent et les génèrent.

Mono ou stéréo ?

Une première distinction est à faire : un fichier mono ne comporte qu’une seule piste. Un fichier stéréo comprend 2 pistes (gauche et droite) qui sont en général entrelacées pour pouvoir être lues simultanément par tous les appareils ou logiciels.

Les fichiers mono ne sont utilisés qu’en studio : on enregistre une source avec un micro, cela génère un fichier mono. En diffusion, tous les fichiers son sont stéréo, c’est le standard absolu qui vous permet de les écouter partout, sur un téléphone, un ipad, un ordi, en ligne …

Un fichier stéréo pèse 2 fois plus lourd qu’un fichier mono de la même durée. De plus ce n’est pas la quantité ou le volume du son qui va changer le poids d’un fichier. Un fichier de silence pèse aussi lourd qu’un fichier de musique techno. On verra que ce n’est pas du tout la même chose pour les fichiers image.

.wav ou .aif ?

Les fichiers son professionnels sont en 2 formats possibles : .wav sous windows et .aif sur mac.

Il est un fait établi que les mac peuvent lire les 2 sans distinction, alors que sous windows on peut encore avoir des problèmes à lire des aif . Voilà pourquoi les fichiers wav sont très conseillés, puisqu’ils peuvent être lus partout.

16/44.1 ou 24/48 ?

Il est ensuite 2 dimensions très importantes pour la qualité d’un fichier son professionnel : la définition du message informatique en bits et le taux d’échantillonnage en KiloHertz.
Le CD audio a longtemps été un étalon en matière de fichier son numérique, son format est de 16 bits et 44.1 Khz. Mais c’est déjà un format un peu compressé, car ce format de fichier permet de stocker jusqu’à 80 minutes de son stéréo sur cette petite galette.

Une meilleure définition, celle qu’on utilise la plupart des cas en studio pro ou en home studio, c’est 24 bits et 48 Khz qui permet un meilleur rendu de l’image sonore. Mais il est plus lourd de 40% environ, car il comporte plus d’informations.

.mp3

Le mp3 est le format standard du son sur internet et sur les lecteurs numériques de poche (lecteurs mp3, smartphones). C’est un format de fichier très compressé qui permet de stocker et de lire très facilement de grandes quantités de musique.
Le format haute-qualité (HQ)en mp3 pèse environ 10 fois moins lourd que le wav 16/44.1 . Evidemment, c’est un format grand public, car la perte de qualité est sensible.

.flac

Ce nouveau format compressé est apparu qui est souvent utilisé sur les plateformes numériques de diffusion musicale. Il est de bien meilleure qualité que le mp3. On considère généralement qu’il n’y a pas de différence à l’écoute avec un wav.
Le fichier flac peut être en 16/44.1 ou bien en 24/48. Il est environ 2 fois moins lourd que le wav.

Tableau comparatif des formats et poids des fichiers son

.wav.flac.mp3
24/48100 Mo66 Mo6 Mo (HQ)
16/44.160 Mo30 Mo

Les fichiers Vidéo

Tous les fichiers vidéo utilisés actuellement en communication vidéo utilisent la norme mp4 et ont donc comme suffixe .mp4. Notons que sur mac on rencontrera souvent des fichiers avec .mov comme suffixe, mais ce sont toujours des mp4, d’ailleurs vous pouvez modifier ce suffixe et le changer en .mp4, sans autre manip.

Les dimensions des images vidéo et cinéma sont variables, des plus rectangulaires au plus carrées.

fichiers formats vidéo cinéma

16/9

Le média le plus répandu sur internet est bien entendu la vidéo. Il y a des vidéos partout : sur Youtube, Vimeo, sur tous les sites web, les blogs, les vlogs. Mais la vidéo numérique est aussi utilisée maintenant de manière universelle en télévision et au cinéma.

Le format d’image qui s’est imposé est le format 16/9ème ou format rectangulaire ou encore appelé format allongé.

En même temps que lui, s’est imposé également sur internet, mais aussi sur les caméras vidéo, les smartphones, les tablettes un format de fichier vidéo qui est le mp4. C’est le format universel au 21ème siècle qui a détrôné tous les autres.

On le trouve principalement en 3 définitions HD :

  • 1280/720 HD qui a tendance à ne plus trop être utilisé, sauf peut-être en formation à distance, où on a souvent affaire à des vidéos de cours qui ne demandent pas forcément une qualité optimale.
  • 1920/1080 HD qui est actuellement le standard sur les plateformes vidéo internet et les sites web, comme sur les téléviseurs.
  • 3840/2160 HD encore appelé 4K qui est en ce moment le format professionnel dit de ultra haute définition utilisé en télévision, au cinéma et sur les caméras ou appareils photo de dernière génération.

Alors, que signifie ces dimensions : ce ne sont pas des cm, mais des pixels : le premier chiffre désigne le nombre de pixels dans la largeur et le deuxième le nombre de pixels dans la hauteur de l’image.

Le pixel est l’unité de surface dans toutes les images numériques. L’image la plus petite qui soit serait une image 1/1 : un carré de 1 pixel de côté de couleur unie. C’est la version image de l’échantillonnage numérique que nous avons déjà vu dans les fichiers son.

fichiers vidéo 16/9

On comprendra bien que si on veut projeter une vidéo numérique sur grand écran, ce qui équivaut à l’agrandir, il nous faut le plus grand nombre de pixels dans le fichier. Voilà pourquoi on est aussi en train de passer au cinéma en 8K, ce qui double la définition du 4K.

Par conséquent le choix d’un format d’image vidéo dépend de son support de diffusion et de la performance de la plateforme ou de l’appareil qui la diffusera. Par exemple, les vidéos Youtube sont regardées très majoritairement sur des tout petits écrans de smartphone et jamais sur des grands écrans. Il serait donc très inadapté de vouloir les diffuser en 4K ou en 8K.

Par ailleurs le poids d’une image dépend énormément aussi de sa complexité. Un aplat de couleur pèse beaucoup moins qu’une image de paysage par exemple. Une image fixe également.

Pourquoi ? Et bien la raison en est que la vidéo numérique reconnaît les pixels semblables et permet de les représenter de manière virtuelle, pourrait-on dire… Plus il y a de changement et de diversité dans une image numérique, plus elle sera lourde.

Carré

Le format d’image carré est très récent. Il a été introduit par Instagram et contamine maintenant aussi Facebook et même Linkedin. C’est donc un format de fichier spécifique à internet et on le trouve dans plusieurs dimensions qui conviennent toutes très bien sur les réseaux sociaux : 600/600, 720/720, 1000/1000, 1080/1080

Mais il s’agit toujours d’un fichier mp4 : seules ses dimensions changent. Ce qui est intéressant, c’est que l’image va occuper plus de surface dans le fil des publications : elle attirera donc plus le regard.

Vertical 9/16

Autre avatar des réseaux sociaux : le format vertical. Il provient du fait que toutes les personnes qui possèdent des smartphones le tiennent vertical pour faire des selfies ou des vidéos. Ce qui m’a toujours paru très étrange en terme de vidéo, mais ça se justifie intuitivement : quasiment toutes ces images sont des portraits de personne (sa propre personne, en fait).

On pourrait appeler çà le format narcissique, non ? C’est en tout cas le format favori des stories sur Instagram et des vidéos sur TikTok. Et comme ce sont les mêmes personnes qui regardent les vidéos sur ces réseaux sociaux, exclusivement sur leurs smartphones, ils les regardent évidemment en vertical.

On voit que ce format inversé 9/16 correspond pile à l’écran du téléphone. il occupera donc toute la surface disponible. Et comme sur tous les réseaux sociaux et les sites web, le format de fichier le plus utilisé est le format HD 1920/1080 ou en vertical 1080/1920.

Le débit

Il faut rapidement aussi parler du débit de la vidéo, c’est à dire du nombre d’images par seconde. On utilise actuellement 2 débits : 25 images/seconde et 30 images /seconde. L’unité est souvent abrégée : fps pour frames per second.

Là encore, le 30 images /seconde s’impose maintenant un peu partout. L’image est un peu plus fluide et donc le mouvement est mieux retranscrit.

60 images /seconde est utilisé aussi pour les sports où le mouvement est le plus souvent très rapide. Evidemment, ça alourdit considérablement les fichiers et les appareils doivent être capables de les enregistrer et de les lire.

Les fichiers d’images fixes

fichier image fixe photo

Internet

Photos, illustrations, les images fixes sont aussi omniprésentes sur les sites, les blogs internet. Là aussi, la compression est de mise, car les grandes images peuvent ralentir considérablement le temps de chargement des pages internet et impacter très sérieusement le référencement des pages par les moteurs de recherche.

.png ou .jpg ?

Le standard très conseillé sur internet est le fichier .jpg qui permet une bonne compression.

Le seul avantage du .png semble être la possibilité d’avoir un fond transparent et donc de présenter des images détourées sur un fond de page coloré. C’est un avantage en terme de design. Toutefois, le fichier .png est moins bien récompensé par les moteurs de recherche.

La taille des fichiers images

60% des images sur internet sont vues sur des smartphones et non pas sur ordinateur. Les sites internet doivent donc s’adapter souplement à ces écrans de taille extrêmement différentes. Ce qu’on appelle responsive, c’est justement la faculté d’une page internet de s’adapter aux formats des mobiles.

C’est une contrainte depuis quelques années qui se rajoute au fait que le trafic internet ne cesse d’exploser. Donc les pages internet doivent être les plus légères possibles à charger.

Voilà pourquoi on doit prêter attention à la fois au poids des fichiers image (compression) , mais aussi à la taille de chaque image. Une image qui va être placée par exemple dans une colonne qui fait 250 pixels de large, ne doit pas excéder cette taille.

Autrement dit, la taille des images doivent être appropriées à la taille du conteneur qui la reçoit. Donc toutes les images qui peuvent être grandes et bien définies doivent être compressées en taille et en définition pour diminuer le temps de chargement de la page internet.

On estime qu’une bonne page internet doit avoir un temps de chargement moyen qui n’excède pas quelques secondes, un grand maximum de 5 secondes. Sinon on diminue grandement le pourcentage de visiteurs qui va voir la page, car les internautes zappent très vite.

Donc il est évident qu’une photo prise sur un smartphone ou un appareil photo ne peut pas être publiée sur internet, sans être drastiquement compressée. Une telle image à son état brut peut peser facilement plusieurs Mo et il faudra sur un site internet la réduire en un fichier de quelques centaines de Ko, voire à quelques dizaines de Ko.

Pour cela, on va réduire la taille au strict nécessaire, mais aussi la définition sera réduite de 300 ou 600 dpi à 72 dpi (dots per inch, en français points par inch). C’est un peu l’équivalent de ce qu’on a vu précédemment avec les pixels en vidéo.

Imprimerie

Pour l’impression papier, affiches, flyers ou édition papier, les standards de fichier ne sont pas du tout les mêmes.

En général, en photo ce sont les fichiers .tif qui sont préférés pour des raisons de colorimétrie et à la meilleure définition possible. Là il n’est plus question de compression, ni de réduire la taille des images. Bien au contraire !

Ensuite une maquette graphique comprenant des photos, du texte, des titres, des illustrations sera la plupart fournie à l’imprimerie sous un format .pdf non compressé

Pour conclure

Bien évidemment, il existe beaucoup plus de formats de fichiers audio, vidéo ou image. Mais nous venons de voir les plus utilisés, les standards actuels sur le net et en production pro. Il est fortement déconseillé de publier des fichiers dans des formats plus exotiques ou plus anciens ou encore réservés aux professionnels.

Comment convertir un fichier média ? La plupart du temps, vous n’aurez pas besoin d’application spécifique : l’appli avec laquelle vous l’avez fabriqué ou dans laquelle vous l’avez ouvert sur votre ordinateur vous permettra le plus souvent de l’exporter à un de ces formats de base.

Ne prenez pas le risque que vos fichiers soient illisibles pour la plupart des usagers. N’oubliez jamais que vos fichiers media n’ont pas la plupart du temps comme objectif N°1 d’être les meilleurs possibles, mais au contraire de communiquer des images et des sons à un public, sur des réseaux ou dans des modes de diffusion différents.

Retour Accueil

Home studio – Tout sur le direct monitoring

direct monitoring

Tout ce qu’il faut savoir sur le direct monitoring , qui est une notion souvent mal comprise en home-studio et qui peut vous poser de gros problèmes en prise de son sur votre logiciel de MAO si vous ne savez pas le gérer correctement.

Vous connaissez sans doute le problème, car il est récurrent et il ressemble à çà :

  • Lorsque vous voulez vous enregistrer, vous vous entendez dans votre casque avec un petit décalage très perturbant qui vous empêche de chanter ou de jouer sereinement, comme un écho très court…
  • Dans la notice de votre logiciel, de votre interface, vous ne trouvez pas d’explications claires pour résoudre facilement ce grave problème.

Et pourtant c’est très simple de supprimer cette latence à l’enregistrement !

Direct monitoring : A quoi ca sert ?

Sur votre station de travail audio, lorsque vous enregistrez une piste d’instrument ou de voix avec un micro ou une ligne analogique, le son entre dans votre interface audio.

Vous avez besoin d’écouter au casque ce que vous êtes en train de jouer. Si vous écoutez la sortie master de votre logiciel, il est certain que vous allez entendre votre son avec un décalage de temps non-négligeable.

Cela est dû au temps que va mettre votre processeur pour enregistrer numériquement le son à l’entrée, par exemple 5,9 ms . C’est ce qu’on appelle la latence d’entrée.
A cette latence, s’en rajoute une deuxième, la latence de sortie. C’est le temps qu’il va mettre pour retransformer votre signal numérique en son analogique pour que vous puissiez l’écouter sur vos haut-parleurs ou votre casque. Par exemple 4,6 ms

Si vous additionnez ces 2 retards, vous avez un décalage qui peut être conséquent entre le son que vous jouez et le son que vous entendez dans votre casque, c’est ce qu’on appelle la latence globale ou totale . Ici 10,5 ms.

Vous le percevrez comme un petit écho, ce petit temps de quelques milli-secondes, mais ca perturbe votre écoute, le son n’est pas propre et sur des mises en place rythmiques, ca peut vous troubler énormément.

direct monitoring latence totale

Et bien, le direct monitoring est un réglage qui va vous permettre de supprimer radicalement ce petit décalage insupportable.

Comment régler le direct monitoring en 3 étapes ?

1. Couper le son sur la piste

La première chose à faire dans votre logiciel est de couper le monitoring sur la piste que vous voulez enregistrer. Vous ne voulez pas entendre du tout le son qui ressort de cette piste.

2. Activer le direct monitoring

Puis vous allez vous rendre dans le petit logiciel de contrôle qui s’est installé en même temps que les drivers de votre interface-audio.
Et vous allez activer le direct monitoring pour la ou les pistes que vous êtes en train d’enregistrer en ouvrant le volume de la piste entrante.

Sur les Focusrite de la série Saffire, dans le Saffire MixControl il suffit de lever le volume de la piste en question,

Chez Motu, le tableau de contrôle Cue mix-DSP permet comme sur la Saffire de monter le volume de votre piste et de l’envoyer directement vers la sortie 1-2 Scarlett Control 2nd ou 3rd Generation : on nous dit ici que le direct monitoring est configuré par défaut. Si vous avez un problème, allez vérifier dans la section Hardware inputs dans ce tableau de bord, le routing des inputs de vos pistes ou bien les créer, s’il le faut.

Scarlett 2i2 : certaines interfaces peuvent avoir un petit bouton en face avant qui va vous éviter tout çà : il vous permet d’activer tout simplement le direct monitoring.

Chez M-Audio, c’est aussi la solution choisie avec par exemple sur la Fast Track Pro un bouton Mix en face avant qui permet un très astucieux mélange de niveaux entre les pistes entrantes (direct monitoring) et les pistes déjà enregistrées (playback).

3. Coupez vos haut-parleurs

Et maintenant vous coupez vos haut-parleurs en mettant à zéro le volume de sortie sur votre interface, mais pas le volume du casque.

NB : sur les interfaces Motu, très souvent on ne trouve pas de bouton de volume de sortie, il faudra le faire dans le logiciel, ce qui est plus compliqué.

Et voilà votre direct monitoring est réglé ! Désormais vous n’entendez plus que dans votre casque. Et ce que vous entendez c’est votre instrument, sans décalage aucun, car il ressort directement à la sortie casque sans passer par votre logiciel.

Mais vous y entendez aussi les pistes déjà enregistrées si votre casque est bien réglé sur la même sortie master 1-2 que la sortie principale. Et le tout sans décalage gênant.

Pour aller plus loin

Si vous voulez gagner beaucoup de temps, résoudre tous vos problèmes techniques, progresser dans votre home-studio et atteindre rapidement le son pro, la meilleure solution c’est de vous faire accompagner, de vous faire coacher par un professionnel aguerri dans un cursus de formation d’excellence :

Maitrisez votre production musicale en home studio

monitoring direct production musicale monitoring direct

Le parcours de formation à distance le plus complet, à votre rythme chez vous. Des résultats concrets à chaque étape, des exercices et des projets-tests corrigés par le formateur-expert.
Pour en savoir plus


Retour Home studio

Retour Accueil

Réverb à convolution – Les 5 meilleurs VST gratuits

réverb à convolution

Les réverbérations à convolution sont des effets de réverb qui utilisent des réponses impulsionnelles (IRs) pour simuler un espace acoustique. Voici les meilleurs plugins d’effets gratuits de réverb à convolution au format VST pour les workstations sur PC et Mac. D’après Tomislav Zlatic du blog bedroomproducersblog.com

Retour Dossier Matériel Audio pour votre home-studio

La définition wikipedia :

 » Une réverbération à convolution est un processus de simulation numérique de la réverbération d’un espace physique ou virtuel. Il est basé sur l’opération de convolution mathématique, et utilise un échantillon audio préenregistré de la réponse impulsionnelle de l’espace étant modélisé.

Ce sont aussi des outils permettant entre autres choses la capture des caractéristiques acoustiques d’un lieu pour les reproduire en tant que réverbération artificielle. C’est aussi le premier type de réverbération numérique permettant à l’utilisateur de créer ses propres programmes. « 

Une réponse impulsionnelle capture le son d’un espace acoustique ou d’un espace simulé artificiellement (lorsqu’il est enregistré à partir d’une unité de réverb matérielle, par exemple).

Le chargement d’une réponse impulsionnelle dans un effet de réverb à convolution appliquera les propriétés de réverb de l’espace acoustique échantillonné au signal audio traité. 

De cette façon, nous pouvons simuler l’enregistrement d’une piste audio dans un environnement naturel (en utilisant des réponses impulsionnelles d’espaces extérieurs) ou imiter le son d’effets de réverb matériels coûteux.

1. Convology XT par Impulse Record

réverb à convolution

Convology XT est un VST de réverb à convolution gratuit développé par Impulse Record. Il comprend une collection de 70 réponses d’impulsion de réverb capturées à partir d’une variété d’unités de réverb matérielles vintage. 

Des réponses impulsionnelles supplémentaires sont disponibles à l’achat sur le site Web du développeur. Plus important encore, le VST est capable de charger des réponses impulsionnelles externes au format WAV.

En terme de capacité à modifier le fichier de réponse impulsionnelle chargé, Convology XT est le VST de réverb à convolution gratuit le plus avancé de cette liste. L’utilisateur peut ajuster le temps d’attack et de decay, le pre-delay et la réponse en fréquence. 

Il est également possible d’étirer le fichier IR dans le temps et d’appliquer une modulation afin d’obtenir un effet d’élargissement stéréo. Le plugin n’introduit aucune latence, ce qui est plutôt rare parmi les réverbs à convolution gratuites.

Convology XT peut être téléchargé gratuitement sur le site Web d’Impulse Record. Après avoir installé et chargé le VST pour la première fois, entrez le numéro de série fourni au règlement pour activer votre licence. Les développeurs ont également fourni plusieurs vidéos de didacticiel pour aider les nouveaux utilisateurs à démarrer avec le VST.

Avantages

+ Beaucoup de contrôle sur la réponse impulsionnelle active
+ Peut charger des fichiers IR externes

Défauts

– Les packs d’extension officiels sont chers

2. MConvolutionEZ par Melda Production

réverb à convolution

MConvolutionEZ est livré avec une gamme de réponses impulsionnelles plus large que Convology XT, mais son ensemble de fonctionnalités est moins avancé. L’utilisateur peut régler la largeur stéréo de la réponse impulsionnelle active et façonner sa tonalité à l’aide d’une paire de filtres. 

Malheureusement, les propriétés de synchronisation comme le temps d’attack et de decay ne peuvent pas être personnalisées. C’est un sérieux inconvénient qui fait de MConvolutionEZ un outil de mixage moins professionnel et plus une option pour débutants, les utilisateurs qui commencent tout juste à utiliser des VSTs de réverb à convolution. 

Toujours étant, sa facilité d’utilisation et son interface utilisateur intuitive font partie des raisons pour lesquelles nous vous recommandons de l’essayer.

Tout comme Convology XT, le VST de réverb à convolution de MeldaProduction peut charger des réponses d’impulsions externes au format WAV et FLAC

En raison du pratique navigateur de fichiers qui se trouve au centre même de l’interface utilisateur, MConvolutionEZ est un excellent outil pour tester les bibliothèques de réponses impulsionnelles nouvellement téléchargées. Les impulsions de réverb incluses sonnent également très bien.

Une chose qui n’est pas pratique, cependant, est le fait que MeldaProduction regroupe tous leurs plugins dans un seul programme d’installation. Cela se traduit par des temps de téléchargement plus longs et une procédure d’installation assez ennuyeuse.

De plus, le VST affichera un écran de rappel demandant à l’utilisateur de passer à la version payante du plugin qui s’appelle MConvolutionMB. La fonctionnalité du plugin n’est cependant pas affectée par l’écran de rappel.

Avantages

+ Flux de travail rapide
+ Charge les fichiers IR externes au format WAV et Flac

Défauts

– Manque de contrôles d’enveloppe 
– Déploie un écran pour l’achat de version complète

3. SIR1 par SIR Audio Tools

réverb à convolution

SIR1 est un vieux produit (sorti en 2004), mais certains utilisateurs ne jurent que par lui. Son interface utilisateur simple et un ensemble de fonctionnalités plutôt performantes en font un outil utile même à l’ère moderne des plugins VST. 

Cependant, le plus gros inconvénient de SIR1 est le fait qu’il n’est compatible qu’avec les hôtes de plug-in VST 32 bits sous Windows. Les propriétaires de Mac et les utilisateurs de Windows exécutant des stations de travail audio numériques 64 bits n’ont pas de chance.

L’interface utilisateur est bien conçue, avec le navigateur de fichiers à droite, l’affichage de la forme d’onde en haut, les paramètres de contrôle à gauche et l’affichage du spectre en bas. L’utilisateur peut régler le temps de pre-delay et l’enveloppe de la réponse impulsionnelle chargée.

L’IR peut également être étiré dans le temps, ce qui est une grande fonctionnalité à avoir dans un VST de convolution. SIR1 a une latence fixe de 8960 échantillons et est optimisé pour une faible consommation de CPU.

Avantages

+ Étirement dans le temps du fichier IR chargé
+ Charge les fichiers IR externes au format WAV

Défauts

– Ne supporte que les hôtes de plug-in VST 32 bits sous Windows
– N’est plus mis à jour

4. Reverberate LE par LiquidSonics

réverb à convolution

Reverberate LE est un autre plugin assez ancien de cette liste (sorti en 2006) et il possède les mêmes problèmes de compatibilité que SIR1. En d’autres termes, il ne fonctionnera que sur des postes de travail audio numériques 32 bits sur des machines Windows. Si vous tombez dans cette catégorie particulière d’utilisateurs, Reverberate LE vaut le détour.

Le plugin ne comprend qu’une petite collection de réponses impulsionnelles, il appartient donc principalement à l’utilisateur de fournir ses propres échantillons IR (les fichiers WAV, AIFF et FLAC sont pris en charge). 

Une fois chargées, les réponses impulsionnelles peuvent être personnalisées à l’aide des commandes de mise en forme d’enveloppe et d’étirement temporel du Reverberate LE. Le plugin dispose également d’un égaliseur paramétrique qui peut complètement modifier la tonalité de l’échantillon IR.

Reverberate LE peut fonctionner en mode sans latence, ou en mode faible latence lorsque la carte graphique est utilisée pour le traitement (une puce Nvidia est requise pour cela). Les réponses d’impulsion stéréo sont prises en charge.

Avantages

+ Commandes avancées d’enveloppe et d’étirement temporel
+ Comprend un égaliseur paramétrique pour façonner la tonalité

Défauts

– Ne supporte que les hôtes de plug-in VST 32 bits sous Windows
– N’est plus mis à jour

5. Halls Of Fame 3 Free par Best Service

réverb à convolution

Halls Of Fame 3 Free est une version allégée de l’effet de réverb à convolution Halls of Fame 3 – Edition Complète (169 €) de Best Service qui comprend plus de 1500 préréglages de réverb. 

La version gratuite ne comprend que 27 presets de réverb et ne charge pas les réponses impulsionnelles externes. Cependant, la raison pour laquelle elle est présente dans la liste est que les réponses d’impulsion de réverb incluses sonnent exceptionnellement bien.

Le plugin propose une sélection de réponses impulsionnelles capturées à partir d’unités de réverb matérielles légendaires telles que l’EMT 240, l’AKG BX 20, le Lexicon PCM96 et le Bricasti M7. Les presets peuvent être personnalisés en utilisant des paramètres de contrôle d’enveloppe et de tonalité détaillés. 

L’utilisateur peut ajuster le temps de pre-delay, les temps d’attack / release, et ajuster la réponse impulsionnelle chargée. Le plugin dispose également d’un contrôle de tonalité à 3 bandes et d’un contrôle d’amortissement pour façonner le ton des queues de réverb.

Malheureusement, les procédures de téléchargement et d’activation sont un peu plus lourdes que nous ne le souhaiterions. Tout d’abord, vous devrez terminer le processus de règlement, puis télécharger deux programmes d’installation individuels pour le plugin et le contenu audio, et enfin autoriser votre installation Halls Of Fame 3 Free.

Avantages

+ Presets qui sonnent très bien
+ Autorise l’utilisateur à personnaliser l’enveloppe et le ton

Défauts

– Ne charge pas les réponses impulsionnelles externes
– Procédure d’activation du VST compliquée

Une fois que vous êtes satisfait du VST de réverb à convolution de votre choix, il est temps d’obtenir des IRs de réverb de haute qualité. Voici quelques endroits intéressants pour télécharger gratuitement des fichiers IRs de réverb à convolution:

Pour finir, voici quelques options recommandées pour ceux qui recherchent un plugin VST de réverb à convolution payant au lieu d’un plugin gratuit:


Cet article a été écrit par Tomislav Zlatic sur le blog bedroomproducersblog.com
Traduction française : Pablo de Chénerilles pour Plan Sonore

A lire aussi

[Moog] 4 synthés fabuleux sur ipad
Comment choisir votre logiciel audio


Retour Dossier Home-Studio
Retour Accueil

[Moog] 4 synthés fabuleux sur ipad

Moog Music logo

2 nouveaux synthés Moog : le Model 15 et le Model D , tous les 2 ​sur iPad. ​2 synthés légendaires pour une bouchée de pain !  Après les ​2 apps fantastiques Animoog et Filtatron, nous voilà donc potentiellement en possession d’une collection de 4 synthés fabuleux pour notre iPad.

Retour Dossier Matériel Audio pour votre home-studio


4 synthés Moog pour iPad


Une bouchée de pain ?

L ‘équation est très simple. Model 15 : 29,99 € + Minimoog Model D : 14,99 € + Animoog : 29,99 € + Filtatron : 7,99 € = 82,96 €

Trop cher pour 4 apps ? Certes, mais très économique pour 4 synthés professionnels époustouflants..

Vous préférez les synthés d’origine en bois et en métal, avec les superbes gros boutons Moog et en série limitée ? Comme je vous comprends. Mais sachez qu’il va vous falloir débourser 10 000 € pour un Model 15 et 3 750 € pour un Minimoog Model D.

Et avec çà vous n’aurez ni Animoog, ni Filtatron, ni toutes les fonctions additionnelles présentes sur les apps pour iPad. Et réfléchissez bien : le Model 15 pèse 23 kg et le Minimoog 15 kg. Il vous faudra bien faire attention à votre dos et affréter une voiture pour les déplacer.

Alors si vous êtes musicien et dingue de musique électronique, je vous conseille les 4 apps pour votre ipad. Vous ne serez pas déçu ! Le gros son Moog et plus… pour seulement 82,96 € et aucun poids supplémentaire pour votre ipad …

Je sens venir votre objection : vous n’avez pas d’iPad. Pas encore ? Et bien c’est le moment, le nouvel ipad de base est en vente à 359 € . Et si vous êtes étudiant ou prof ou si vous prenez ou vous donnez des cours dans une école de musique, vous n’aurez aucun mal à obtenir le tarif éducation : 338 €

Faites le calcul vous-même !

Commençons par un petit tour rapide de ces 4 merveilles :

Animoog

Animoog

Le tout premier Moog créé spécialement pour l’iPad est un coup de maître dont Bob lui-même, le défunt et génial fondateur de la marque aurait été fier (paix à son âme). Synthé polyphonique avec une librairie de sons complètement dingue et extensible.

La particularité d’Animoog est son clavier très particulier, qui vous permet de l’accorder dans la tonalité et la gamme que vous voulez en supprimant les touches que vous voulez exclure de votre gamme.

Une idée fabuleuse pour improviser librement, surtout si vous n’êtes pas un pianiste aguerri (comme moi).

Et j’ai pu constater que même les excellents pianistes se régalent sur Animoog grâce à cette fonction libératrice. Et sur ce clavier sensible verticalement et horizontalement, les possibilités d’expression en glissando sont énormes.

Mais lisez donc mon article détaillé sur Animoog : https://plansonore.fr/animoog-le-synthe-pour-ipad/. Avec sons, images, vidéo, j’y aborde aussi les extensions possibles et une utilisation très pertinente en éveil et formation musicale.

Filtatron

Filtatron

Là aussi, un petit coup de génie : un sampler « hot rod » avec l’excellent filtre résonant Ladder Filter et des effets de la marque.

Vous pouvez très simplement capter des sons au micro ou dans tout fichier audio stocké dans Music sur votre iPad.

Les superposer, mettre en boucle et les transformer. Une sorte de super looper pour la musique électro. A ne pas mettre entre toutes les mains …

Un article à écrire bientôt pour approfondir cette app assez magique, mais qui ne se laisse pas apprivoiser si facilement.

Model 15

Moog Model 15

Cette recréation sur iPad du synthé modulaire Model 15 enchantera les amateurs de grosses boites analogiques. Tout y est et Moog Music a même rajouté des fonctions qui n’existaient pas dans le synthé hardware d’origine :

  • Librairie de 160 presets préchargés et packs en option pour quelques euros
  • 3 claviers : traditionnel, animoog (et oui !) ou ruban. Vous pouvez choisir et switcher entre les 3 en jouant.
  • Arpeggiator-sequencer à 8 notes. Ca décoiffe !
  • Delays, ring-modulation
  • Looping recorder !
  • Implémenté totalement en midi, comme chacune de ces 4 apps d’ailleurs
  • Et le son authentique est une fois de plus au rendez-vous.

Attention, il vous faut un ipad en 64bits, c’est à dire à partir de l’ipad Air. Pour ma part, je joue de ces 4 apps sur un ipad 2017 9,7 pouces de base : le son est vraiment top !

Minimoog Model D

Minimoog Model D

Le légendaire Minimoog Model D, le tout premier synthé portable, fut inventé par Bob Moog en 1970 et il a révolutionné la musique électronique, le funk, le reggae, la techno … jusqu’à nos jours. Un monument et une véritable bête de scène !

Là aussi dans sa version ipad, le fabricant a rajouté de nouvelles fonctions :

  • Librairie de 160 presets préchargés et des packs à télécharger pour quelques euros
  • Polyphonie à 4 notes (l’original est monophonique)
  • Arpeggiator,
  • Enregistreur de boucles en temps réel
  • Effets : delays, bender
  • Regrets : ici pas de clavier animoog et le clavier traditionnel n’est pas redimensionnable.

Si vous allez sur le site web de la marque, vous trouverez toutes les caractéristiques techniques de ces 4 apps, des démos audio et vidéo.

Allez faire votre visite sur Le site web de la marque, c’est un véritable plaisir ! Le pélerinage pour tous les fans de musique électronique.

En conclusion

Je suppose que vous avez perçu mon enthousiasme. Sachez qu’il est total et 100% sincère. Comme d’habitude je vous rappelle que je n’ai aucun intérêt particulier à vous recommander tel app, logiciel ou appareil.

Et si je le fais sans aucune réserve pour ces 4 apps, c’est que ce sont de vrais instruments au son authentique et professionnel, pas des gadgets.

Je les ai chargées sur mon ipad et je joue sur ces synthés avec un plaisir énorme. Je les inclus couramment dans mes compos, mes performances et mes ateliers éducatifs.

A lire aussi

Comment choisir votre logiciel audio
Réverb à convolution – Les 5 meilleurs VST gratuits


Retour Dossier Matériel Audio
Retour Accueil

Comment choisir votre logiciel audio

logiciel audio écran MAO

Le logiciel audio est le cœur de votre station de travail audionumérique à laquelle vont venir se greffer des périphériques d'entrée et de sortie (micros, interfaces, haut-parleurs).
Il convient donc de savoir choisir un logiciel audio adapté à vos besoins et à votre budget.

  • ​Si vous êtes infopreneur, formateur, web entrepreneur ou bien tout débutant en informatique musicale, cette station de travail doit être très simple.

  • Si vous êtes musicien ou producteur, elle doit être plus puissante.Nous débuterons donc avec le plus simple et léger pour aller vers les solutions plus sophistiquées

logo Audacity

​Vous pouvez très bien débuter avec ce logiciel audio libre, donc gratuit.
Audacity est devenu avec le temps un outil universel et incontournable.

Si vous êtes un total débutant en informatique musicale,  une première étape peut très bien consister en une initiation sur Audacity, qui est l​e logiciel audio le plus simple et basique. Vous pourrez ainsi très simplement enregistrer, monter et mixer dans un environnement très simple à comprendre.

Une telle étape peut très bien ne vous prendre qu'une semaine pendant laquelle vous prendrez en main le logiciel et vous mettrez en chantier un ou deux petits projets simples . Par exemple, une voix parlée avec un petit habillage sonore (podcast audio) ou une chanson avec voix et deux instruments.

Si vous êtes dans ce cas, n'hésitez pas : passer par cette étape intermédiaire va vous faire  gagner beaucoup de temps pour la suite et pour aborder un logiciel plus sophistiqué.

Pour réduire cette étape de prise en mains à 1h seulement,  vous pouvez suivre notre formation de prise en main express d'Audacity : vous serez guidé(e) en vidéo, très simplement. Cette formation a déjà fait ses preuves auprès de nombreux parfaits débutants, essentiellement des non-musiciens.

Quel logiciel audio professionnel ?

​Mais très vite vous aurez besoin d'un logiciel audio plus complet, professionnel, dont le moteur audio va assurer une qualité de traitement du son irréprochable, avec des plugins d'effets professionnels , des instruments virtuels et toutes les fonctions nécessaires à une production musicale élaborée.

En la matière, je vous conseille d'éviter les solutions exotiques, hasardeuses. Au contraire je vous propose de choisir entre les 3 logiciels audio professionnels de production musicale les plus répandus.

Il y a plusieurs raisons très importantes :

  • ​s'ils sont les plus répandus, c'est qu'ils sont sans doute les meilleurs outils techniques

  • ​vous allez pouvoir échanger et collaborer plus facilement sur vos projets avec un plus grand nombre d'autres musiciens

  • ​vous trouverez plus facilement des formations, des tutoriels et de l'aide sur les forums

  • ​vous avez plus de garantie de bon fonctionnement et de pérennité avec ces grands fabricants de logiciels.

​Ici je vais vous faire une présentation globale de ces 3 logiciels audio leaders avec leurs atouts principaux et leurs limites aussi, pour vous orienter dans votre choix.

logiciel audio Cubase

​Editeur : Steinberg - Le tout premier sur le marché. Une expérience à long terme dans la perfection du produit.
Logiciel audio excellent et très complet qui couvre tous les besoins du musicien : audio, midi, instruments virtuels et
édition professionnelle de partitions.

Le design de l'interface de Cubase est très efficace, professionnel et c'est très important en production de studio.
Mixage stéréo et multicanal (version Pro)

Cubase est un logiciel audio multiplateformes : Windows
et Mac. C'est un atout incontournable pour tous les musiciens qui travaillent en collaboration avec d'autres sur les mêmes projets.

Ex : Vous commencez un projet Cubase sur votre Mac et vous l'envoyez à votre collègue qui travaille aussi sur Cubase, mais sur un PC. Il va pouvoir ouvrir directement le projet Cubase sur son PC, y ajouter sa contribution et vous le renvoyer. Vous le rouvrirez sans aucun problème sur votre Mac. Et ainsi de suite ...

Tarifs

Cubase Pro : environ 580 euros
Cubase Artist : environ 330 euros -
vous pouvez très bien commencer sur cette version déjà très complète et upgrader plus tard si vous avez besoin.

Education : si vous êtes étudiant (toutes disciplines), élève en école de musique ou conservatoire, enseignant, Steinberg vous accorde un tarif spécial très avantageux : 50 % du prix sur chacune de ces 2 versions.
Plus d'infos, essai gratuit 30 jours et acheter sur https://www.steinberg.net

logiciel Logic Pro X

​Editeur : Apple - Logic est un très ancien logiciel allemand, racheté par Apple qui l'a évidemment apple-isé aussitôt pour le meilleur comme pour le pire.
Résultat : un bon logiciel audio, assez économique comme tous les logiciels Apple. Assez complet également, même si l' édition de partitions est moins performante celle de Cubase.

Apple est en revanche plus généreux pour ce qui est des plugins et des instruments virtuels. Pour les musiciens paresseux ou les non-musiciens, les apple loops proposent comme dans Garage Band des éléments musicaux tout fabriqués qu'on peut combiner pour composer assez facilement des morceaux assez passe-partout, du style musique au mètre.

C'est donc un logiciel audio que je recommanderai volontiers aux musiciens amateurs ou débutants. Il conviendra aussi aux professionnels.

Par contre ce logiciel audio n'est absolument pas multi-plateformes. Il ne fonctionne que sur Mac et c'est une sacrée limitation en termes de travail collaboratif.

Tarifs

Logic Pro : environ 230 euros
Ce tarif unique est avantageux, par contre n'espérez pas une remise Education très généreuse : Apple ne propose qu'un petit 15% environ.
Plus d'infos, pas d'essai gratuit et acheter : https://www.apple.com

logo Pro Tools 12

​Editeur : Avid - Un standard depuis bien longtemps dans les studios professionnels : un excellent logiciel audio.
Mais il y a beaucoup de malentendus avec la réputation de Protools, construite à une époque où le studio numérique balbutiait et où les ordinateurs n'avaient pas la puissance nécessaire pour faire de l'audio en multipistes.

Les premiers systèmes Protools étaient terriblement chers car ils étaient constitués de software , mais aussi de hardware sans lequel le logiciel audio ne pouvait pas fonctionner. Depuis, les ordinateurs ont toutes les capacités natives pour faire de l'audio sans limites et Avid a démocratisé son offre pour les petits studios, mais reste encore plus cher à performances égales.

Le logiciel fonctionne sur PC comme sur Mac. Travail collaboratif possible en cloud. Pas d'éditeur de partitions ! Pas de possibilité de mixage multicanal.
Pour l'absence d'éditeur de partitions et d'une version moins chère, je ne recommanderai pas Protools pour un musicien ou un home studio.

Tarifs

Protools : environ 600 euros
et un bon tarif Education : 300 euros
A noter une offre gratuite : Protools First : un petit protools 16 pistes , mais assez complet, là ils font très fort !
Plus d'infos, téléchargez et acheter : http://www.avid.com/fr/pro-tools

En conclusion

Vous avez maintenant assez d'éléments pour faire le choix qui vous correspond le mieux en termes de besoins musicaux, sonores et de votre capacité budgétaire.

Ne négligez pas l'approche par étapes que je vous propose, vous allez être gagnant sur tous les tableaux. Par exemple :

  • initiation immédiate sur Audacity 
  • puis le mois suivant Cubase Artist
  • et enfin l'année suivante si vous en ressentez le besoin Cubase Pro.

Mais ce n'est qu'un exemple.
A vous de choisir le logiciel audio qui vous convient le mieux et n'hésitez pas à me poser des questions et à m'exposer votre cas. Je me ferais un plaisir de vous répondre.

NB : je n'ai volontairement pas abordé ici le cas du logiciel audio Ableton Live qui est excellent, mais carrément orienté performance live, installation sonore ou régie-son de spectacles.
Il n'est pas très performant en production musicale en studio et pas très approprié pour faire de l'enregistrement multi-pistes, par exemple.

Le contenu de cet article est extrait de notre formation destinée aux musiciens et producteurs :

Maitrisez votre production musicale at home

​Si vous êtes infopreneur, web entrepreneur, formateur,
communicant, il vaut mieux suivre notre formation

Comment réaliser et diffuser vos podcasts de A à Z

A lire aussi