4 pièges audio à éviter en com internet

Une voix de speaker complètement noyée dans l’ambiance sonore générale…
Voilà une des erreurs de débutant en vidéo très fréquente. Et il y en a toute une série que quelques précautions toutes simples devraient vous permettre d’éviter afin d’optimiser vos prises de son.
Aujourd’hui je voulais particulièrement vous signaler  :

4 pièges audio à éviter en communication web

 

      • Piège No 1 : Négliger la qualité de la prise de son de votre voix
        Le premier piège c’est de négliger la qualité de la prise de son de votre voix. Nous venons de le voir dans l’extrait-vidéo à l’instant, par exemple imaginez les sons ambiants trop forts nuisent à la lisibilité du message vocal.
        Si vous avez déjà enregistré dans un lieu public, vous connaissez bien le problème, mais peut être n’avez vous pas la solution pour anticiper, sécuriser votre tournage  ? Pourtant c’était l’unique chance de bloquer quelques minutes avec votre interlocuteur.

     

      • Piège No 2 : Compliquer votre dispositif de production
        Le 2ème piège à éviter, c’est de compliquer votre dispositif de production. Par exemple  : je connais beaucoup de débutants qui vont poser plusieurs micros pour enregistrer leur propre voix, pour soi-disant assurer le coup ou pour soi-disant renforcer le signal sonore.
        Ca ne sert à rien bien au contraire, vous allez avoir plein de problèmes avec vos pistes au montage et au mixage et perdre beaucoup, beaucoup de temps. 
Alors qu’il suffit de savoir où placer exactement votre micro pour effectuer d’emblée une prise de voix impeccable qui n’aura pas besoin d’être retouchée par la suite.

     

      • Piège No 3 : Lire votre texte
        Le 3ème piège audio c’est de lire votre texte. 
Bien sûr, vous écrivez toujours le texte de votre speak afin de ne pas bredouiller, vous tromper ou encore oublier les choses importantes à dire au micro. 
En tout cas, si vous ne le faites pas, je vous conseille absolument de le faire  : une très bonne préparation va vous faire gagner un temps fou.
        Mais attention, ne vous contentez pas de le lire, rien de moins engageant pour votre auditeur qu’une lecture de texte. 
Et oui, la communication audio est orale et c’est ce qui fait sa force. il s’agit de parler à votre apprenant ou à votre prospect pour qu’il vous écoute et non pas de lire un texte. Et je sais que pour beaucoup c’est très difficile au début de trouver le ton juste.

     

      • Piège No 4 : Surcharger votre bande-son
        Et enfin la 4ème erreur à ne pas commettre, c’est de surcharger votre bande-son. Trop de musique, trop présente, trop d’artifices sonores vont immanquablement noyer le propos de votre speak, son sens même et diminuer son impact. 
Car nous ne sommes capables d’écouter attentivement qu’une seule chose à la fois, alors autant oublier tous ces artifices et diriger prioritairement l’attention de votre auditeur sur la voix qui véhicule le sens de votre message, non  ?

    Pour être averti·e de toutes les nouvelles parutions sur ce blog, abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter mensuelle.
    Si vous voulez aller plus loin et passer à l’action : vous bénéficiez de conditions très spéciales pour accéder à notre formation :
    Comment enregistrer votre voix parlée

Bruno de Chénerilles
 

Formateur et expert en Nouvelles Technologies du Son et de la Musique - Fondateur de Plan sonore, Audio Formations et Audiorama - Compositeur, performer et producteur.