Dans la vidéo précédente, nous avons évoqué les extraordinaires extensions électroniques, numériques qu'on peut apporter à nos instruments acoustiques ou électriques, aux voix également.
Mais aussi comment faire pour s'y mettre ?
Apprendre le codage informatique, des langages de programmation ?
On en était resté à cette question-là.


Depuis le début des années 80, je joue de plusieurs instruments, j'improvise et je compose dans des styles très variés allant du funk, du blues à la musique électroacoustique, musique de films, de spectacles vivants.

Et ce qui me passionne tout particulièrement, c'est ce qu'on nomme le Live Electronics, où on performe en manipulant les sons en direct. Au fil des années, j'ai développé des techniques très particulières pour expérimenter et jouer avec d'autres musiciens. Et mon plus grand plaisir maintenant, c'est de transmettre cette expérience.

Alors, nous disions :

  • ​Apprendre Ă  coder ?
    J'ai bien peur que ce soit des annĂ©es d'apprentissage avant d'arriver Ă  faire des choses très simples, que vous utilisez dĂ©jĂ  la plupart du temps avec vos pĂ©dales d'effets ou vos loopers. Donc Ă  mon sens, beaucoup de perte de temps et d'Ă©nergie.
  • Apprendre Max-msp ou Pure Data ?
    On a du dĂ©jĂ  vous parler de ces systèmes de programmation qui Ă©taient Ă  la mode dans les musiques expĂ©rimentales et le spectacle vivant au tournant du siècle. Ces langages Ă©taient censĂ©s ĂŞtre plus faciles Ă  apprendre et Ă  utiliser que le code pur. 
    Bon courage ! 

Combien d'entre vous sont passés par là et ont suivi des cours donnés par des ingénieurs de l'Ircam, totalement décalés de vos aspirations musicales. Là encore beaucoup de temps perdu pour fabriquer des petits outils qui plantent tout le temps et qui en fait existent déjà ... Personnellement, je suis passé par là et je m'y suis cassé le nez, comme la plupart.

​La métaphore de l'outil

Imaginez qu'un menuisier se dise tout Ă  coup : je veux fabriquer mes marteaux, mes scies, tous mes outils et mes machines, moi-mĂŞme. Comme çà je ne dĂ©pendrai plus des fabricants, je n'aurai plus Ă  les acheter et je les façonnerai exactement comme je le dĂ©sire.

Le voilà parti à apprendre un 2ème métier, celui de fabricant d'outils et de machines. Il lui faudrait sans doute toute une vie pour arriver à égaler les excellents outils conçus au fil des siècles.

Conclusion : jamais un menuisier ne se lancerait dans une telle aventure,
Car son métier à lui, celui qu'il a appris, qu'il a déjà mis des années à apprendre, c'est : fabriquer des meubles, pas fabriquer des outils pour fabriquer des meubles.

Pour vous, pour nous , les musiciens, ce qui nous intéresse c'est faire de la musique, jouer avec les sons de nos instruments, pas les fabriquer, nos instruments, nous ne sommes pas des luthiers.

Donc nous faisons confiance aux luthiers, car il y en a plein qui sont des génies, que ce soit dans la lutherie acoustique, électronique ou informatique. Et nous leur achetons des instruments, des outils.

​Les outils informatiques

Et dans le domaine qui nous occupe ici, les annĂ©es 90 ont vu se dĂ©velopper la MAO, les outils informatiques pour la musique : des logiciels, des plugins très sophistiquĂ©s. C'est incroyable ce qui s'est dĂ©veloppĂ© en Ă  peine une dizaine d'annĂ©es. Ces outils sont beaucoup moins chers que les outils analogiques et nous permettent de faire des merveilles en crĂ©ation et production musicale avec un simple ordinateur portable.

Mais depuis toujours, le dĂ©sir le plus fort des musiciens c'est de faire du live, de la scène , de jouer en direct avec les sons. Et lĂ  ca se complique, allez jouer de la souris en live ? Cliquer sur vos sons, c'est totalement anti-musical.

Les contrĂ´leurs midi

​Ils ont Ă©tĂ© inventĂ©s pour permettre aux musiciens Ă©lectro de tourner des boutons, de taper sur des pads, de jouer avec les sons comme on joue avec ses dix doigts d'un instrument. 

Vous connaissez ces surfaces de contrĂ´le hardware, ces contrĂ´leurs midi qui sont souvent mal commodes, pas souples du tout. Vous auriez envie d'avoir 10 faders, mais sur le panneau de commande , vous n'en avez que 4 et il y a plein de boutons ou de pads dont vous n'auriez pas forcĂ©ment besoin pour jouer votre crĂ©ation musicale. Et en plus ces boites en plastique coĂ»tent chers. ​

Et c'est bien lĂ  qu'est le cĹ“ur du problème : c'est l'interface entre le musicien et les machines ! Retrouver un geste et des sensations instrumentales avec les machines

Prenez un moment pour réaliser çà, c'est extrêmement important, c'est capital ​pour le développement de votre pratique musicale.

​QuantitĂ© de musiciens, dont moi-mĂŞme, peut-ĂŞtre vous aussi d'ailleurs, ont utilisĂ© avec bonheur les contrĂ´leurs midi. Ne les jetez surtout pas, ils peuvent encore servir. Et comment ! 

Et puis, tout d'un coup, une nouvelle technologie s'est rĂ©pandue comme la poudre dans notre vie quotidienne et par ricochet, potentiellement, dans notre pratique de la musique.
Et cela change tout !

Personnellement, cela a changé ma vie de musicien. Car j'ai été parmi les pionniers qui ont sauté sur cette aubaine pour faire un bond en avant

​Et sans avoir à coder !

Dans la prochaine vidĂ©o, ​nous allons ​approcher les solutions : ​Pourquoi et Comment ? 

​Comment apprendre à augmenter facilement votre instrument ou votre voix ?