Bruno de Chénerilles

    Author Archives: Bruno de Chénerilles

    Formateur-expert Spécialiste des technologies audio, vidéo et multimédia pour le web et la musique. Compositeur, performer, producteur, fondateur de Plan Sonore, Audio Formations et Audiorama, il écrit et crée les contenus du blog, du podcast et des formations.

    Comment améliorer vos enregistrements ?

    Enregistreur audio zoom h4

    Aujourd’hui l’enregistrement audio devient une pratique courante dans beaucoup de métiers autres que ceux de la musique. Formateurs, web-entrepreneurs, vidéastes, youtubeurs … Vous avez tous besoin d’enregistrer votre voix pour vos vidéos de formation ou de vente. Comment améliorer vos enregistrements audio sans dépenser une fortune ?

    Les règles de base

    • Rapprochez vous de la source sonore : placer votre micro à environ 20 cm de votre bouche. Plus près vous risquez de saturer et de déformer le son de votre voix et plus loin elle ne sera pas assez présente. C’est la règle N°1 pour améliorer vos enregistrements.
    • Visez bien la source sonore : diriger le micro vers votre bouche . Cela peut paraitre évident, mais mon expérience de formateur m’a appris que cette consigne n’est pas superflue. En effet les micros sont en général directionnels et si vous ne les pointez pas en direction de votre source, le son sera faible et déformé.
    • Optimisez le niveau d’enregistrement : si vous pouvez régler le gain de votre micro, faites un essai pour ajuster au mieux ce niveau. Les sons les plus forts (les crêtes) doivent moduler entre – 5 et 0 db sans saturer. Si vous enregistrez en niveau automatique, votre appareil va chercher ce niveau le plus fort et s’ajuster dessus.
    • Réglez votre voix : indépendamment du matériel utilisé, pour améliorer vos enregistrements de voix parlée, la qualité de votre voix est un facteur très important. Les pros du micro (speakers, radio, télé …) parlent à un niveau sonore constant.
      Le défaut d’élocution le plus courant chez les amateurs : accentuer le début de la phrase et baisser ensuite le niveau. Le rendu sonore est dans ce cas très mauvais : le début de la phrase sature et la suite est très faible. Entrainez-vous et réécoutez-vous.
      Sortez votre voix, ne parlez pas dans votre barbe. A l’inverse, ne criez pas. Vous devez trouver votre ton, expressif et dynamique tout en contrôlant votre niveau d’émission. Là encore : entraînez-vous. Prenez du temps pour çà, enregistrez-vous et réécoutez-vous. Vous ne le regretterez pas !

    Si vous observez ces 4 règles de base, vous allez déjà faire un bond en avant considérable. Et c’est très important : votre voix parlée porte un message qui doit être clair et net, compréhensible sans effort, agréable à l’écoute. La qualité technique de l’enregistrement et la qualité de votre élocution (quelqu’en soit le style) sont donc primordiales.

    Même en vidéo, c’est le son de votre voix qui contient votre message, pas l’image. Un de nos plus grands cinéastes, Jean-Luc Godard disait que le cinéma est fait de 50% de son et 50% d’image, mais que les 50% de son sont beaucoup plus importants que les 50% d’image !

    Je vais sans doute vous choquer en vous proposant maintenant une solution technique pour améliorer vos enregistrements de voix parlée et couvrir vos besoins en audio et en vidéo pour un budget de 100 € maximum !
    –  » Impossible ! vous diront certains professionnels, impossible ! « 

    Et bien si, c’est possible ! Comme d’habitude, je vous passe tous les tests successifs, les différentes combinaisons possibles, les commentaires plus ou moins pertinents que vous pouvez trouver ailleurs. Pour vous présenter la solution la plus adaptée, polyvalente, au meilleur rapport qualité-prix et je vous garantis son efficacité pour améliorer vos enregistrements

    Quel matériel utiliser pour améliorer vos enregistrements ?

    Encore une fois, lorsque je vous conseille un équipement, je ne fais aucune publicité. Faites moi confiance : ma mission est simplement de vous aiguiller vers le meilleur choix pour vous et de vous faire gagner du temps sans faire de périphrases.

    Un micro-cravate

    Nous partons donc du principe que vous avez besoin d’enregistrer votre voix en audio pour vos cours en ligne, sur votre ordi quelque soit l’application (powerpoint, captivate, presenter, screenflow, etc) ou en tournage pour vos vidéos Youtube ou Facebook (avec votre smartphone, une tablette, un appareil photo hybride ou avec une caméra plus sophistiquée).

    Pour améliorer vos enregistrements, la solution la plus adaptée et qui va fonctionner dans tous les cas de figure, à l’intérieur comme en extérieur : un micro-cravate appelé aussi en anglais lavalier. Pourquoi ?
    Vous allez pincer votre micro au revers de votre veste ou de votre chemise. Et vous répondez déjà aux 2 premières règles de base : votre micro est à la bonne distance de votre bouche si vous l’accrochez à hauteur de poitrine. Notons que ce type de micro est en général omnidirectionnel, donc il va pointer nécessairement vers votre bouche.

    Rode SmartLav+

    améliorer vos enregistrements
    SmartLav+

    Mon choix s’est porté sur l’excellent fabricant australien Rode, spécialiste du rapport qualité-prix en matière de micros pro. Et tout particulièrement sur le modèle SmartLav+ , spécialement étudié pour les smartphones avec lequel vous allez pouvoir améliorer vos enregistrements.

    Pourquoi ?

    • Polyvalence : vous allez le connecter directement sur la prise casque de votre smartphone et vous voilà prêt à tourner une vidéo de qualité avec l’application appareil photo-video de votre téléphone. Mais de plus, vous allez pouvoir aussi le connecter sur la prise casque de votre macbook si vous enregistrez dans une application audio ou video sur votre ordi.
    • Plug-In Power (PIP) : attention toutefois, ce micro a besoin d’une petite alimentation normalement fournie par la plupart des entrées micro en mini-jack. Vous devez vérifier dans les spécifications techniques de votre appareil que son entrée micro fournit bien cette alim PiP. Sachez que votre iPhone et votre MacBook sont directement compatibles. Avec les PC, les smartphones androïd, les appariels photo hybrides et les caméras video, mieux vaut lire attentivement les spécifications techniques pour s’en assurer.
    • Raccord Rode SC3 :

      la plupart des caméras ou reflex ont aussi une prise micro minijack, elle est un peu différente car elle ne peut pas recevoir d’écouteurs. Il vous faudra rajouter ce petit raccord proposé par Rode.
    • Qualité : fabrication soignée comme toujours chez Rode, le son est propre, suffisamment équilibré pour cet usage. Le micro en lui-même ne souffle pas, mais évidemment le résultat est fonction aussi de la qualité de l’entrée micro de votre appareil.
      Vous pouvez donc vraiment améliorer vos enregistrements en utilisant ce micro

    3 tests à écouter

    Les prises de son de la même voix parlée dans les mêmes conditions, le son est brut sans traitements :

    1. avec le SmartLav+ sur un MacbookPro

    2. puis le même micro sur un iPhone 5C

    3. puis avec du matériel de studio-pro : un micro Neumann TLM103 (1000 €) + une interface Motu (600 €)

    Analyse :

    Evidemment, le son du Neumann est beaucoup plus détaillé, plus rond et plus fin. Mais le SMartLav+ tire son épingle du jeu avec brio : il remplit proprement son office, tout simplement.
    La différence est beaucoup moins marquée si vous écoutez tout çà sur les petits haut-parleurs de votre ordi, ce qui correspond quand même à 90% des cas d’écoute de vos documents sur internet.

    En extérieur

    améliorer vos enregistrements
    Rode Lav MiniFur

    Si vous voulez améliorer vos enregistrements en plein-air, il vous faut lutter contre le vent, même léger. Le micro est livré avec une petite bonnette de protection. Sans une protection supplémentaire, un vent plus consistant va faire littéralement exploser le son dans les basses fréquences. Si vous envisagez de tourner beaucoup en extérieur, achetez une bonnette à poils plus efficace. Rode vous propose cet accessoire : un jeu de 3 bonnettes, le Rode Lav MiniFur .

    Fil ou sans fil ?

    Vous pourriez être tenté par un système sans fil, plus onéreux et plus compliqué à gérer. Mais cela va-t-il encore améliorer vos enregistrements ?
    Le seul avantage serait de vous offrir plus de mobilité, mais c’est très relatif surtout si vous tournez vos vidéos seul. Vos possibilités de mouvement et de déplacement seront de toute façon très réduite. Vous allez plutôt poser votre smartphone ou votre caméra sur un pied et vous vous placerez devant. Dans ce cas là le sans fil est sans aucune utilité et il ne pourrait pas améliorer vos enregistrements.

    améliorer vos enregistrements
    Rode SC1

    Une rallonge :
    le cable du SmartLav+ n’est pas très long, mais il suffit pour vous filmer en gros plan et en plan moyen. Si vous voulez vous éloigner plus pour vous filmer plus petit dans un paysage, Rode vous propose  le SC1 : une rallonge de 6m qui vous permet toutes les fantaisies.

    Votre Budget

    Nous y arrivons car c’était somme toute notre objectif majeur, outre la qualité, pour que vous puissiez améliorer vos enregistrements. Voici les prix :

    • Rode SmartLav+ = 45 €
    • Rode SC3 (raccord caméras) = 11,90 €
    • Rode SC1 (rallonge micro) = 18,90 €
    • Rode Minifur Lav (3 bonnettes anti-vent) = 15,60 €

    Total = 91,40 €
    Le contrat est rempli, non ? Moins de 100€ pour immédiatement améliorer vos enregistrements.

    Bonus

    améliorer vos enregistrements

    Un autre accessoire peut vous intéresser, le Rode SC6  ( 13,90 € ) qui vous permet de connecter 2 SmartLav+ et donc de faire des interviews. Bien sûr il vous faudra rajouter 45 € pour un 2ème micro.

    Un dernier conseil :

    Rode livre avec le micro un petit étui pour le ranger. C’est très utile car vous devez le manipuler avec soin, ces petits câbles sont fragiles et aucune réparation n’est évidemment possible tant le micro est petit.

    N’hésitez pas à me poser des questions dans le but d’améliorer vos enregistrements, à alimenter la réflexion dans les commentaires ci-dessous et à partager cet article sur les réseaux sociaux.
    Et si vous ne l’avez pas encore fait, téléchargez tout de suite ma liste gratuite ci-dessous où vous trouverez les Règles d’Or de la Prise de son.


    Retour Créer et réaliser vos podcasts

    Quel microphone choisir ?

    le microphone Neumann TLM103

    ​Pour améliorer vos prises de son de voix et d'instruments, vous faut-il ​un microphone différent pour chaque situation ou chaque instrument ?

    Il existe ​plusieurs sortes de microphones, à des prix très différents … Mais comment faire votre choix ? Vous connaissez sans doute ces questions lancinantes. Je vais vous aider à trouver des réponses et peut être votre solution.

    Commençons notre enquête. Vous êtes musicien, vous avez peut être déjà un microphone dynamique courant du type Shure SM58 ou SM57. Ce type de microphone est idéal sur scène pour le chant (58) et pour repiquer des instruments (57). Ils sont robustes, bon marché.

    ​Leur bande passante est efficace pour la sonorisation où on cherche généralement un son percutant, plutôt médiums et sans trop de graves, même si la définition est moyenne.

    Mais si vous avez déjà utilisé ce type de microphones chez vous en prise de son studio pour vos maquettes, voire pour l'album que vous êtes en train de concocter patiemment, très vite vous vous êtes rendu compte que le son des prises n'est pas top.

    Et dans votre logiciel vous passez un temps fou à les égaliser, à rajouter des effets ... Et ca ne le fait toujours pas.

    ​Pourquoi ?

    Il peut y avoir 3 raisons principales :

    • l'acoustique de votre local est insuffisante, ce qui a pour effet de modifier les timbres des instruments joués dans la pièce, de rajouter des résonances indésirables. Dans ce cas, vous pouvez sans doute remédier à cette situation en nettoyant l'acoustique de votre local.
      Vous pouvez trouver  des conseils dans le guide gratuit que nous vous proposons au pied de cette page.
    • le placement de votre microphone est approximatif, peut être même aberrant. Il y a des règles à respecter, chaque instrument rayonne d'une certaine manière. C'est tout un art et c'est là que vous déterminez la qualité sonore de votre prise de son.
      D'ailleurs, je vous propose également ​une formation à la prise de son instrumentale, car cette dimension est tellement importante, subtile et trop souvent négligée.

    Vous allez travailler sur ces deux facteurs sérieusement, car c'est une nécessité. Et l'amélioration sera conséquente, mais cela ne vous suffira certainement pas.

    • la qualité de votre microphone est la 3ème raison et notre sujet d'aujourd'hui. En effet il est primordial d'avoir une retranscription optimale du son de l'instrument, sans égalisation, sans effets.
      Vous aurez alors une très bonne prise et si toutes vos pistes ont cette qualité, le mixage sera très facile. Le plus souvent une simple mise à plat (niveaux, un peu de panoramiques,  quelques corrections et une réverb pour donner un peu d'espace) permettra déjà de faire sonner très musicalement l'ensemble.

    Alors, quel microphone choisir pour arriver à cette qualité ?

    courbe de réponse d'un microphone

    ​Seuls des microphones de studio professionnels vous permettront de faire ce bond qualitatif. Il faut être prêt là à faire une dépense non-négligeable et elle doit être considérée comme un investissement durable.

    Mais il ne s'agit pas forcément d'investir 5 à 10 000 euros dans un parc de microphones de studio.
    D'ailleurs, vous n'avez pas cette somme et même si vous l'aviez, il serait très périlleux de faire un tel investissement.

    Et même si vous arriviez à faire les bons choix de micros complémentaires, de directivités et colorations différentes qui vous permettraient de faire face à toutes les situations d'enregistrement... Il est fort probable que vous regretteriez peu après la moitié au moins de votre investissement.

    Ecartons encore la stratégie assez banale qui pourrait vous amener à croire qu'il faut plusieurs micros pour bien enregistrer un instrument. C'est une idée reçue et c'est une légende. Cela vous conduirait sans doute à acheter 3 ou 4 microphones de plus et ce n'est pas en accumulant les capteurs moyens que vous pourrez reconstituer le bon son de l'instrument.

    On en serait assez vite arrivé à dépenser 600 € pour un petit parc de microphones dynamiques bas de gamme qui ne vont rien changer du tout, bien au contraire.

    La solution existe

    Il vaut bien mieux investir dans un très bon microphone, irréprochable et le plus polyvalent possible avec lequel vous allez probablement pouvoir faire 99 % de vos prises de son. Dites vous bien qu'il ne faut pas rater cet investissement car si vous dénichez l'oiseau rare, ce sera ...
    Pour la vie !

    A ce sujet, nos amis Allemands ont eux l'habitude d'acheter un équipement en se disant qu'il vaut mieux dépenser ce qu'il faut une fois pour toutes plutôt que devoir racheter plusieurs fois parce qu'on a lésiné à la dépense en n'achetant pas ce qu'il aurait fallu la première fois. Ils ont même un dicton pour çà, mais je ne saurai plus vous le citer ...

    Et nous ne parlons pas ici de nos voisins parce qu'ils fabriquent les plus belles voitures ... Mais il se trouve que depuis qu'on a commencé à enregistrer des sons, ce sont eux qui ont fabriqué les meilleurs microphones.

    Et c'est encore le cas aujourd'hui ! Mais pour autant je ne vais pas vous conseiller d'acquérir la Rolls des microphones : un Neumann U67 d'occasion à 20 000 € ! Ou bien même un U87 neuf à 3 000 €.

    Non ! Mais tout de même au lieu d'acheter plusieurs Clio, je vous conseillerai plutôt de choisir une Mercedes Benz ...

    ​Car cet oiseau rare, cet homme à tout faire, ce micro idéal existe dans la famille Neumann : le TLM103. Et je vous rassure, ceci n'est évidemment pas une publicité. J'ai acheté le mien il y a 20 ans et depuis il a assuré 95 % de mes prises de son de voix, d'instruments et autres bidules avec brio, précision et chaleur.

    Pour rien au monde, je n'en changerai et j'espère bien continuer à enregistrer avec lui jusqu'à la fin de ma vie. Le son Neumann à petit prix (1 000 €), c'est avant tout une large capsule, celle là même du grand frère U87, probablement la meilleure capsule au monde.

    microphone Neumann TLM103

    Bien sûr pour tirer son prix vers le bas, le fabricant a supprimé tout le superflu :

    • une seule directivité (cardioïde, c'est à dire directionnelle), mais rassurez vous 99 % des prises en studio se font avec cette directivité
    • pas de filtre, mais avec un son pareil, de cette qualité ... Il n'y a rien à filtrer ! Vous aurez juste à enlever un peu de graves parfois, surtout pour des prises d'hyper proximité, car ces grosses capsules passent très bien les basses fréquences.
    • la suspension indispensable est fort heureusement fournie avec le micro.

    Mais vous verrez comme moi il y a 20 ans, dès l'instant où vous allez connecter ce micro et écouter simplement votre propre voix parlée dans votre casque, vous allez vous dire : " Waou !!! "

    Sérieusement, vous allez pouvoir enregistrer tout ce que vous voulez : les voix, les instruments à vents, à cordes, percussions, basse, contrebasse, piano, des objets sonores .... De plus, la capsule encaisse très bien les forts niveaux comme un ampli guitare ou tout ce qui est percussion.

    Le son est superbe, équilibré, détaillé et précis dans tous les registres, chaleureux même : le son Neumann !

    Les précautions à prendre

    • ​Placer devant sa membrane très sensible un filtre antipop, surtout pour la voix qui déplace pas mal d'air. Ne dépensez pas pour ce petit accessoire plus de 15 € (au meilleur magasin de musique en ligne d'Europe, suivez mon regard ... c'est d'ailleurs sans doute là que vous aurez aussi le meilleur prix pour le micro ... Ach! Mein Gott ! Ils sont vraiment très forts ...)
    • Et bien sûr ne faites pas tomber cette merveille, même si la construction est hyper consolidée.

    En conclusion

    • Je vous conseille de ne pas vous précipiter et d'aller vérifier mon enthousiasme sur les forums, de lire les avis souvent très subjectifs des acheteurs et de visiter le site web du fabricant.
    • Puis relisez cet article.
    • D'une manière plus générale, informez-vous et ne vous précipitez jamais sur une offre alléchante.
    • Abonnez-vous à la page Facebook de Plan Sonore. Likez, commentez, partagez ...
    • Abonnez-vous à la chaine YouTube
      de Plan  Sonore
    • Le blog Plan Sonore ​veut rassembler une communauté de passionnés de musique, de son et de nouvelles technologies et cela a démarré il y a quelques temps déjà. Rejoignez-nous !
    • Et enfin n'oubliez pas de vous inscrire pour suivre les articles à venir et demandez par la même occasion le guide gratuit ci-dessous qui vous intéressera très certainement :

    A lire aussi


    Comment choisir vos haut-parleurs ?

    haut-parleur Focal Alpha 65

    Les haut-parleurs retransmettent dans l'air les sons enregistrés. Ce sont des éléments très importants de la chaine acoustique.
    Mais comment choisir ses haut-parleurs : pour quel usage ? domestique, nomade, studio ? Pour quelle activité : écoute musicale, monitoring de studio, ateliers ou cours de musique ?
    Et combien çà coûte ?

    • Non à la pollution sonore !

      Dans toute situation où vous êtes amené à écouter des sons, les haut-parleurs sont l'élément le plus déterminant et le plus souvent on les néglige. Par exemple, nous passons tous la plupart de notre temps au travail ou dans nos loisirs devant un écran d'ordinateur.

      Nous regardons des vidéos, nous écoutons de la musique et la plupart du temps les sons sortent de notre ordinateur par des petits haut-parleurs incorporés dans l'ordinateur.

      Ces petits haut-parleurs sont de piètre qualité, ils ne retranscrivent pas toute la gamme des fréquences sonores. Notamment, ils manquent totalement de basses fréquences. D'où ce son nasillard, désagréable et très fatiguant pour nos oreilles qui massacre en permanence les musiques ou des bandes-son écoutées.

    • Un choix difficile ?

      Que dire alors de situations d'écoute musicale plus importantes : le dernier album des Rolling Stones, votre préféré de Michael Jackson où une symphonie de Beethoven ... C'est encore pire ! Vous montez des vidéos, vous voulez produire votre propre musique à la maison, peut être envisagez vous déjà d'équiper votre home-studio ?
      Pour toutes ces situations diverses et variées, il existe des haut-parleurs adaptés, à des prix très différents.
      Vous avez déjà fait une recherche sur internet :  le nombre de marques, de modèles et les écarts de taille, de prix sont hallucinants !

    Des conseils pour choisir vos haut-parleurs

    Pour vous aider à choisir les haut-parleurs qu'il vous faut,  je vais simplement vous proposer deux modèles testés dans mon travail comme dans mes loisirs et qui correspondent à 2 usages très différents et complémentaires.
    Et je ne vous parlerai pas d'un test effectué en magasin, mais d'une utilisation réelle de plusieurs mois voire plusieurs années.

    Encore une fois, il ne s'agit pas de publicité déguisée : tous mes conseils techniques sont strictement indépendants de tout lien avec une marque ou un fabricant. Je souhaite de manière éthique vous transmettre mon expérience de professionnel de la musique et du son et vous aider dans vos choix.

    Pour la vie courante et les situations professionnelles nomades

    haut-parleur iLoud

    Une solution très originale pour toutes les écoutes de qualité suffisante au quotidien et une prouesse technologique : iLoud. 

    Ce haut-parleur stéréo très compact est bien construit, très solide. Il est très puissant, restitue remarquablement les basses fréquences, malgré sa petite taille grâce à un excellent système bass reflex.

    • Ecoutes nomades :

      haut-parleur en est le partenaire idéal au salon, à la cuisine, en vacances. Il fonctionne 5 à 7 heures en autonomie sur sa batterie rechargeable.

      Avec son cable mini-jack, vous connectez la sortie audio de votre ordi ou même votre smartphone et c'est parti pour plusieurs heures de teuf dans votre salon ou même dans une plus grande salle.
      Attention à prévenir vos voisins, car cette petite bête en a sous le capot ! C'est aussi un excellent système d'écoute pour votre ordi, surtout si vous écoutez beaucoup de musique.

    • Professionnellement :

      j'utilise ce haut-parleur depuis 2 ans pour tous mes ateliers, cours de musique électronique sur ipads et de rap, stages de formation en présentiel, répétitions et présentations publiques.
      Génial ! ca assure et ca ne prend pas plus de place dans mon gros sac à dos que 3 ipads.
      Sa qualité de son, sa robustesse et son autonomie sont de véritables plus.

      Je le recommande à toutes les institutions partenaires avec lesquelles je travaille : écoles, centres socio-culturels, organismes de formation ... Incontestablement ce haut-parleur n'a pas de concurrent réel et sérieux dans cette gamme de prix très modéré.

    Fonctions supplémentaires et performances

    Deux fonctions intelligentes et fort appréciables pour tous les usages :

    - Il peut se connecter sans fil en blue tooth avec votre smartphone ou votre tablette.
    - Une entrée micro ou même guitare (du coup, emmenez votre guitare électrique en vacances, les amis !).

    Une bande passante plus qu'honorable  : 50 à 20 000 Hz  - Dimensions LHP : 25 x 16 x 6 cm  - Poids: 1,33 kg - Puissance : 40w RMS (il les fait réellement) - Prix : 249 euros seulement ! Le rapport qualité/prix est époustouflant. Fabricant : IK Multimedia.

    Haut-parleur : pour une écoute de studio ou de qualité hi-fi

    haut-parleur Focal Alpha 65

    Une paire d'excellents moniteurs de studio : Focal Alpha 65.

    Ces haut-parleurs fabriqués en France sont précis, neutres et très puissants. Leur rapport qualité/prix est exceptionnel.

    Ils sont réputés pour délivrer la même qualité que la gamme de prix 2 fois supérieure, ce qui n'est pas rien dans le monde du home studio , voire du studio professionnel.

    • Au studio :

      Une paire de Focal Alpha 65 est le choix idéal pour votre écoute de proximité, voire de semi-proximité ou bien pourquoi pas votre écoute principale unique dans votre home studio professionnel ou amateur.

      Toutes les qualités sont là : rendu sonore précis, fin et détaillé dans toutes les gammes de fréquence, neutralité et équilibre. Ce sont des moniteurs actifs donc ils possèdent leur propre amplification intégrée, ce qui vous évite d'acheter un amplificateur pour les nourrir. La construction est très, très professionnelle.

    • Un rapport qualité/prix imbattable :

      Il y a quelques mois, je cherchai à remplacer mes deux baffles un peu dépassés dans mon studio. J'étais prêt à dépenser plus de 1500 euros pour m'équiper une fois pour toutes de 2 moniteurs amplifiés et un caisson de graves, le standard en matière de monitoring de studio. En étudiant de près les offres sur le marché, je suis tombé sur ce modèle et un concert de louanges de la part des home-studistes comme des ingénieurs du son. Le prix aussi était alléchant : 2 fois moins cher que ses concurrents directs.

      Et l'idée que ces petites merveilles étaient conçues et fabriquées par un fabricant français me plaisait bien. Et si ces haut-parleurs bass reflex qui descendent vraiment bien dans les graves pouvaient se passer de caisson de graves ? ... Et bien c'est le cas : j'ai économisé 1000 euros !

      Ces moniteurs se passent allègrement de caisson de graves. Je les ai testés avec un caisson Genelec (excusez du peu) . Lors de mes réglages, je n'ai pas cessé de baisser ce caisson, pour finalement l'éteindre et le débrancher purement et simplement.
      Totalement inutile, sauf si vous produisez de la techno (et encore !)

    • Des performances :

      Réponse en fréquence: 40 - 22000 Hz - Dimensions LHP : 34,8 x 25,2 x 30,9 cm - poids : 9,4 kg (par enceinte, c'est du sérieux) - puissance : 2 x 75w - Prix : 259 euros par enceinte !
      Très, très concurrentiel : si votre budget est suffisant et si votre local est assez grand,  je vous engage même à acheter les grands frères dans la même gamme Focal Alpha 80 : 2 x 100w - 35 à 22000 Hz pour à peine plus :  299 euros par enceinte.

      Et si vous êtes de la race des individus en voie de disparition qui écoutent avec délice leur collection de Vinyles et de CDs, je vous conseille même ces enceintes à prix modéré (les Alpha 65) pour votre écoute hifi  de salon, vous ne serez pas déçu.

    Des performances à la hauteur

    Réponse en fréquence: 40 - 22000 Hz - Dimensions LHP : 34,8 x 25,2 x 30,9 cm - poids : 9,4 kg (par enceinte, c'est du sérieux) - puissance : 2 x 75w - Prix : 259 euros par enceinte !
    Très, très concurrentiel ! Si votre budget est suffisant et si votre local est assez grand,  je vous engage même à acheter les grands frères dans la même gamme Focal Alpha 80 : 2 x 100w - 35 à 22000 Hz pour à peine plus :  299 euros par enceinte.

    Et si vous êtes de la race des individus en voie de disparition qui écoutent avec délice leur collection de Vinyles et de CDs, je vous conseille même ces enceintes à prix modéré (les Alpha 65) pour votre écoute hifi  de salon. Vous ne serez pas déçu.

    En conclusion

    Voilà mes conseils qui vous sont offerts dans un esprit d'économies mais sans jamais sacrifier la qualité sonore. Et n'oubliez surtout pas mon conseil plus général en matière d'équipement : ne vous décidez pas trop vite, prenez votre temps.

    • Pesez le pour et le contre, faites vous un plan d'investissement avec des priorités.
    • Combien de temps consacrez vous à votre passion du son ou à vos séances, à vos productions plus professionnelles ?
    • Réfléchissez, consultez et sachez démêler le vrai du faux : les avis dans ce milieu sont souvent très tranchés, mais aussi contradictoires et très souvent non-autorisés.
    • Dans tous les cas, souvenez vous aussi d'un autre de mes conseils : investissez plus dans le hardware audio durable (micros et haut-parleurs) que dans l'informatique (sujette à l'obsolescence programmée).
      Vous achetez micros et haut-parleurs pour la vie, un ordi pour 4 ou 5 ans en général.

    Et lisez mes autres articles sur le sujet de l'équipement audio, notamment un des précédents :
    Quel microphone choisir ? 
    Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis, vos collègues.

    Et pour vous tenir informé des publications suivantes, pour aller plus loin :

    A lire aussi

    L’épidémie du coronavirus n’impacte pas que les bars, les restaurants, les évènements publics. Tous les ... Lire la suite

    La console de mixage : Doit elle être analogique ou numérique ? Est elle encore ... Lire la suite

    Sur le marché vous pouvez trouver quantité de casques audio, d’écouteurs et à tous les ... Lire la suite

    ​Pour améliorer vos prises de son de voix et d'instruments, vous faut-il ​un microphone différent ... Lire la suite


    Ecoute active au coeur de la pratique musicale

    ecoute active

    L’initiation à une écoute active est la base même du travail d’éveil musical pour les enfants mais aussi pour tous les musiciens-débutants. Différentes situations, parcours, protocoles d’écoute, permettent aux débutants d’entendre, de reconnaître et d’analyser les paramètres du son.

    Retour Dossier Enseigner la musique

    Mais en fin de compte qu’est ce que l’écoute musicale ?

    On peut commencer par créer une situation d’écoute très simple : écouter les sons environnants dans la pièce pendant une minute. Dans un travail de groupe, la première tentative n’est généralement pas un franc succès :

    Les débutants produisent un bruit de fond en bougeant, bavardant, jouant avec des objets et les premiers commentaires se bornent à décrire l’origine des sons entendus.

    Mais il ne faut pas rejeter cette première expérience d’écoute active qui a le mérite de poser les problèmes fondamentaux liés à l’écoute. Au contraire, on la valorisera car elle va nous permettre de préciser les consignes d’écoute initiales et d’introduire une autre forme d’écoute et d’analyse des sons.

    Qu’est ce que le silence ?

    Si les participants produisent eux même des bruits, ils ne peuvent écouter les sons qui pourraient être cachés derrière. Ce constat permet de poser par l’expérience l’importance du silence et de sa qualité.

    Considérer certains bruits comme parasitant l’écoute des sons environnants amène à hiérarchiser les sons en fonction d’une intention d’écoute et à révéler déjà un des paramètres du son : l’intensité. Les sons sont plus ou moins forts et les plus forts peuvent cacher les plus faibles.

    Le débutant pourra percevoir concrètement la relation entre les sons et le silence : une accumulation de sons même faibles en intensité produit un bruit de fond. Le silence qui n’est pas l’absence de sons, mais plutôt une faible présence de ce bruit de fond, crée une situation favorable à l’écoute.

    Notre protocole d’écoute active devient donc plus précis : faire le silence pour écouter les sons environnants pendant une minute.

    Dans cette proposition pédagogique réside l’acte fondateur de toute pratique musicale, l’intention d’écoute : nous désirons écouter des sons.

    Pour combler ce désir et réaliser cette intention, il nous faut un silence de qualité qui n’existe pas en soi. Il nous faut donc le créer nous même (faire le silence).

    Qu’est ce que l’écoute naturelle ?

    ecoute active

    Les premiers commentaires d’écoute active des débutants consistent à décrire l’origine des sons: untel a toussé, une telle a fait grincer sa chaise, une voiture a klaxonné dans la rue, un avion est passé … Rien de vraiment surprenant.

    C’est la « tendance prioritaire et primitive à se servir du son pour se renseigner sur l’événement. » – Pierre Schaeffer, 1966

    Cette écoute active, qualifiée également par Pierre Schaeffer de causale ou encore de banale s’exprime dans les commentaires des participants qui sont des réponses aux questions sous-jacentes : Qu’est ce que c’est ? Qui est ce ? Que se passe-t-il ?

    Qu’est ce que l’écoute sémantique ou culturelle ?

    ecoute active

    C’est une autre forme d’écoute pratiquée au quotidien par tout le monde sans le savoir (un peu comme Monsieur Jourdain avec la prose) et tout particulièrement à l’école ou en formation : elle se détourne de l’événement sonore … pour viser à travers lui un message, une signification, des valeurs.

    Elle est à l’oeuvre quotidiennement, principalement dès lors qu’intervient le langage. Au téléphone, par exemple on écoute ce que notre correspondant nous raconte.

    Ces deux formes d’écoute nous sont très utiles et même nécessaires, mais elles ne répondent pas totalement à notre intention d’écoute, elles ne comblent pas vraiment notre désir d’écoute. Les écoutes causale et sémantique nous permettent seulement de situer, de reconnaître les sons entendus, de comprendre des messages: elles sont fonctionnelles.

    Mais comment expliquer alors le plaisir qu’on peut ressentir à l’écoute active de certains sons même très quotidiens ? Pourquoi désirons nous écouter la musique ?

    Notre intention d’écoute est dans ce cas différente : nous désirons écouter les sons pour le plaisir sensuel qu’ils nous procurent et cette intention peut nous conduire à nous poser d’autres questions : comment ce son se présente-t-il ? Est-il fort ou faible, long ou court, grave ou aïgu, lisse ou granuleux, etc …. ?

    Qu’est ce que l’écoute réduite ?

    Dans son Traité des Objets Musicaux, Pierre Schaeffer nomma ainsi cette autre forme d’écoute.  Elle est pour lui l’écoute musicale par excellence, celle qui vient d’une nouvelle intention d’écoute. L’écoute réduite est l’attitude d’écoute active qui consiste à écouter le son pour lui même, comme objet sonore en faisant abstraction de sa provenance réelle ou supposée, et du sens dont il est porteur…

    « L’écoute réduite est ainsi nommée … parce qu’elle consiste en quelque sorte à dépouiller la perception du son de tout ce qui n’est  » pas lui  » pour ne plus écouter que celui-ci, dans sa matérialité, sa substance, ses dimensions sensibles… » – Michel Chion, 1982

    Cette expérience d’écoute réduite va permettre au musicien débutant d’accéder très simplement et progressivement par l’expérience aux notions déjà très musicales de durée, enveloppe, intensité, timbre, hauteur, distance, présence dans l’espace …

    ecoute active

    Si on enregistre un son à l’aide d’un bon enregistreur portable et si immédiatement après on le réécoute sur deux haut-parleurs de bonne qualité, on va pouvoir affiner son analyse.

    Mais on va pouvoir aussi pratiquer l’écoute réduite d’autant plus facilement qu’on se trouve placé en situation acousmatique, face à deux haut-parleurs qui nous renvoient en temps différé une image sonore des sons entendus précédemment en temps réel.

    Que signifie le terme acousmatique ?

    C’est un adjectif qui se dit d’un son que l’on entend sans voir les causes dont il provient. Ce terme désignait aussi en grec une secte de disciples de Pythagore, les acousmates qui suivaient, dit-on, un enseignement où le Maître leur parlait en se cachant derrière une tenture. Ceci afin d’éviter de distraire leur attention par la vision de son apparence corporelle.

    ecoute active

    Lorsque nous écoutons de la musique enregistrée sur des haut-parleurs ou au casque, nous sommes en situation d’écoute acousmatique.

    Qu’est ce que l’écoute active ?

    L’écoute active est un concept développé à partir des travaux du psychologue américain Carl Rogers. Elle est également nommée écoute bienveillante. Initialement conçue pour l’accompagnement de l’expression des émotions, elle est opérationnelle dans les situations de face-à-face où le professionnel écoute activement l’autre. Elle consiste à mettre en mots les émotions et sentiments exprimés de manière tacite ou implicite par l’interlocuteur. L’écoute active est plus fine que la reformulation en ce qu’elle ne se limite pas à dire autrement ce qu’une personne vient d’exprimer, mais de décoder la dimension affective généralement non verbalisée.

    Wikipédia

    Par extension, nous avons employé ce terme d’écoute active dans un autre contexte, celui de l’écoute des sons et de la musique. C’est donc une manière de l’étendre aussi au monde sonore, à tous les sons, et non plus seulement à la communication orale que Carl Rogers étudiait au départ.

    On rejoindra ainsi une des idées fondamentales du compositeur américain John Cage. Il considérait, en substance, que les sons sont des êtres vivants, qu’ils sont nos amis. Nous les aimons, nous les écoutons avec bienveillance. Il en faisait en quelque sorte le fondement humaniste de la musique.

    Bruno de Chénerilles – extrait d’une communication aux Journées Francophones de Recherche en Education Musicale – Ottawa, 2009

    Pour aller plus loin, lisez mes deux articles sur le blog :

    A lire aussi

    professeur de musique : tablettes et smartphones en enseignement musical
    [Fonofone] musique electroacoustique en éducation musicale
    Eveil musical – Pourquoi apprendre à écouter ?


    Retour Dossier Education musicale
    Retour Accueil

    Maitriser Les technologies numériques en enseignement musical Pour tous les profs de musique et les musiciens-intervenants ... Lire la suite

    Notre mission

    photo Bruno de Chénerilles

    Bonjour, je m’appelle Bruno de Chénerilles. Bienvenue sur mon blog PLAN SONORE , un espace web dédié aux nouvelles technologies du son et de la musique.
    Il vous est destiné que vous soyez infopreneur, web-entrepreneur, musicien, technicien, professionnel ou amateur, professeur de musique ou musicien-intervenant.

    Lire la suite

    Less is More

    more

    Ce dicton anglo-saxon très connu est apparu à la fin du XIXème siècle. Il n’a plus cessé depuis d’inspirer artistes novateurs, penseurs et savants créatifs, jusqu’aux businessmen et aux as du marketing.
    Mais comment ce dicton en 3 lettres Less is More impacte-t-il la production musicale, la création sonore et même l’éducation ?

    Retour Dossier Production Musicale – Comment atteindre un son pro

    Less is More

    Les mots sont simples et le sens facilement compréhensible, mais il est très difficile à traduire dans notre langue. En français, nous avons plutôt le dicton inverse :

    Pourquoi faire simple alors qu’on peut faire compliqué

    Derrière cette boutade familière destinée en général à moquer les procédures administratives et à rejeter les discours obscurs de certains experts, se cache une lassitude et une grande fatigue générale engendrée par la profusion, le trop, la quantité, l’inutile …

    D’où vient Less is More ?

    « Le minimalisme (ou art minimal) est un courant de l’art contemporain, apparu au début des années 1960 aux États-Unis, en réaction au lyrisme pictural de l’expressionnisme abstrait et en opposition à la tendance figurative et ironique du pop art. Le minimalisme est l’héritier du modernisme, et plus particulièrement du Bauhaus. Il fait sienne la maxime d’un des grands représentants du Bauhaus, Ludwig Mies van der Rohe : « less is more », l’amélioration d’une œuvre se faisant selon les minimalistes par soustraction. »

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Minimalisme_(art)

    Pour redevenir positif, on pourrait citer aussi un grand poète et penseur français du XXème siècle, adepte lui aussi du Less is More :

    La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer.

    Antoine de Saint-Exupéry
    Less is More

    Les grands artistes, les designers, comme les professionnels du son ont le plus souvent une manière extrêmement simple de travailler qui va droit à l’essentiel et à l’épure.

    Car il s’agit ici de tordre le cou à pas mal d’idées reçues et malheureusement très répandues qui pourraient nous entraîner et nous perdre dans des opérations complexes et souvent très coûteuses en temps et en argent. Elles ne vont pas dans le bon sens qui est au contraire et très certainement celui de la simplicité, de la qualité plutôt que de la quantité.

    Après bien des années passées dans les studios à chercher à comprendre les mystères de la création sonore et de la production musicale, à expérimenter, à créer, à se tromper, à regarder les autres travailler, à enregistrer, monter, mixer et à écouter toutes sortes de musique et de styles de production, on en vient à se poser la question :

    Que peut on transmettre ? Que doit on enseigner ? De quoi avez vous besoin ?

    Des trucs techniques, des situations types, faire des tutos pour faire le tour complet d’un logiciel ? La théorie ? La pratique ? Tout comprendre pour résoudre la complexité ? …

    Bien sûr tout cela est utile, mais à condition de ne pas oublier d’aller au fond des choses, à l’essentiel et à donner du sens. Plus les outils, qui ne sont après tout que des moyens, sont sophistiqués, plus ils nous rapprochent paradoxalement d’une forme de simplicité, des vrais enjeux et des objectifs de la création artistique qui ont plus à voir avec le plaisir et avec l’émotion qu’avec la technicité.

    Et en ces temps modernes de nouvelles technologies, force est de constater que leur plus grand mérite est sans doute de nous simplifier la vie, que ce soit dans nos loisirs ou dans notre travail.
    Ce n’est pas un  hasard si les concepts de fluidité, d’agilité, de mobilité, de ludique et intuitif  reviennent en force en ce début de XXIème siècle numérique. On retrouve là le concept Less is More.

    Mais revenons au plus près de notre sujet sur ce blog, restons pragmatiques. Ma réponse dans mes formations porte toujours sur l’essentiel, sur les fondamentaux pour vous apporter :

    Les fondamentaux

    • des bases solides en acoustique pour comprendre le son
    • des méthodes simples et cohérentes pour maitriser la technique (less is more)
    • une veille permanente sur les nouveaux outils
    • une approche créative et pédagogique dans les arts du son

    Et guider vos pas en restant toujours à votre écoute, c’est à dire avant tout aiguiser vos oreilles et vous permettre de progresser rapidement,  de gagner en autonomie et de trouver votre propre voie pour vous développer dans la production musicale et la création sonore.

    Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous conseille de vous inscrire gratuitement pour suivre mes articles  et je vous offre en cadeau de bienvenue ce guide gratuit qui vous permettra d’améliorer immédiatement et à peu de frais l’acoustique de votre local, l’ergonomie de votre station de travail audio et votre méthode de production musicale et sonore.

    Et n’oubliez pas le mot d’ordre le plus important : Less is More !


    A lire aussi

    Egaliseur – maitriser avec la Technique des Voyelles


    Retour Dossier Home-Studio
    Retour Accueil

    1 6 7 8